Rosita Boisseau

  • Le chorégraphe anversois a vu son succès décupler ces dernières années et son oeuvre est l'une des plus prisées de la scène contemporaine. "Son" Boléro présenté en mai à l'Opéra de Paris a été ovationné. Cet ouvrage, nourri de très belles images et d'entretiens, valorisera les collaborations entre Sidi Larbi Cherkaoui et d'autres artistes : Akram Khan, Marina Abramovic, Anthony Gormley, Maria Pagès... Les origines et le parcours de Sidi Larbi Cherkaoui, né dans une famille belgo-marocaine, nourrissent les motifs fondamentaux de son oeuvre : reconnaissance de l'altérité, de la différence, acceptation de l'autre et de soi... Une vision optimiste jusque dans son inconfort qui explique l'adhésion du public.

  • Le ballet classique connaît un renouveau populaire exceptionnel et les cours de danse pour petites filles ne désemplissent pas sur fond de "repettomania". À travers une magnifique iconographie et des textes courts de Rosita Boisseau, ce livre propose une plongée dans l'atmosphère magique de trois des plus grands ballets classiques. Intrigues, arguments, symboles, anecdotes viennent éclairer ces ballets mythiques du répertoire, cristallisant l'imaginaire de l'enfance : la femme cygne, la princesse endormie, les cauchemars... À savoir : Alors que La Belle au Bois Dormant sera le ballet du Nouvel An de l'Opéra Bastille, on célèbre en 2013 le tricentenaire de l'école de danse de l'Opéra de Paris.


  • avec une vingtaine de spectacles à leur actif, le duo d'artistes formé par josé montalvo et dominique hervieu arrive désormais en tête des chorégraphes contemporains les plus populaires et les plus reconnus en france comme à l'étranger.
    ils dirigent depuis 2008 le théâtre national de chaillot. leur écriture chorégraphique, nourrie de danse classique, de hip-hop, de danse contemporaine, de danse africaine, de flamenco, de cirque et de théâtre, superpose le vivant et le virtuel, la réalité et l'imaginaire, la scène et les projections vidéo avec un goût prononcé pour le baroque et le métissage des genres et des cultures. le tandem trace depuis plus de vingt ans les contours d'un eden multicolore et humaniste, peuplé de gens joyeux et singuliers : danseurs professionnels et amateurs, petits, grands, gros, maigres, au milieu d'un bestiaire jubilatoire.
    l'oeuvre se confronte aussi aux franges sombres de l'histoire, comme avec leur opéra porgy and bess. elle s'ouvre également à l'exigence du partage de leur art avec le plus grand nombre (dans les villes, les écoles, les hôpitaux, les prisons. ). louis-josé lestocart et benito pelegrin signent deux essais consacrés à l'image et au baroque, tandis que rosita boisseau analyse les motifs majeurs de l'oeuvre.
    de nombreux documents arpentent les créations et cartographient les filiations, les sources d'inspiration et les obsessions des deux chorégraphes.

  • Auréolé du succès d'Octopus et d'un spectacle conçu pour le Cirque du Soleil, le chorégraphe le plus populaire de la danse contemporaine envahit la Grande Halle de la Villette à Paris avec une exposition (Opticon) et un spectacle (Panorama) en juin. Jeux d'ombres et de lumières, machinerie merveilleuse, sensualité et jeu, le vent de fantaisie soufflé par Decouflé emporte la danse sur des sommets inexplorés. L'occasion de reparcourir la trajectoire de cet enfant terrible de la danse, de passer côté coulisse et de comprendre ce qui alimente sa création.
    Ce livre, réalisé à partir des archives personnelles du chorégraphe et avec lui, retrace son parcours et ses collaborations (notamment celle très fructueuse avec Jean-Paul Goude), et les temps forts qui ont marqué le public : la « danse des sabots » en 1989, la mise en scène des cérémonies d'ouverture et de clôture des JO d'Albertville, etc.
    Inventeur de mondes, de fabuleuses fêtes de mouvements, de couleurs, de costumes et de musiques, Decouflé ouvre ici sa boîte de Pandore personnelle pour notre plus grand plaisir.

  • Le sujet : la danse contemporaine au travers de 80 chorégraphes en France et à l'international.
    Le style : très vivant, nourri de croquis, dessins, interviews de chorégraphes et bien sûr photos de
    spectacles. Une notice / portrait présente le parcours de chaque compagnie.
    L'enjeu : premier «tour de piste» sur l'art de la scène le plus vivant aujourd'hui (et le le plus jeune
    : il n'a que 25 ans), il se veut à la fois une introduction et une référence.
    Donner des clés, offrir des repères qui font sens, inviter à pénétrer l'univers d'oeuvres tellement
    singulières tout en les rassemblant, telle est l'ambition de cet ouvrage.
    « Dresser un panorama de la danse contemporaine est une entreprise passionnante et périlleuse.
    Devant la vivacité d'un paysage en constant questionnement, renouvellement, habité par des
    artistes happant les urgences de l'époque avec voracité, l'affaire semble partie pour s'auto-détruire
    à mesure qu'elle progresse. Pourtant, la nécessité d'un répertoire de ses acteurs s'impose dans le
    contexte d'un art contemporain proliférant à la mesure d'une société qui consomme tout et à toute
    vitesse. Essentiel aussi aujourd'hui de saisir l'amplitude de la danse contemporaine, phénomène
    jeune s'il en est, jailli au tournant des années 80 et qui reste toujours autant objet de passion que
    d'incompréhension tout en s'affirmant comme la plaque tournante des autres pratiques
    spectaculaires. » Rosita Boisseau
    Chaque chorégraphe s'est soumis à un petit questionnaire « à la Proust ». Plongeant dans l'intime,
    les réponses recèlent des trésors d'informations sur l'artiste dont la mise à nu opère parfois là où il
    s'y attend le moins. Les dessins, croquis, voir même partitions de spectacles, traces souvent
    somptueuses du processus de création complètent cette rencontre.
    Contradictoire, conflictuelle, tiraillée entre ses multiples références, la danse s'impose comme un
    art de l'intranquillité, réceptif aux remous du monde.

  • Après le succès foudroyant de la première édition, voici une nouvelle édition de la « bible de la danse contemporaine » (Le Monde), revue et augmentée de 10 nouvelles compagnies : Alban Richard (France), Myriam Gourfink (France), Fanny de Chaillé (France), Edouard Lock (Canada), Steve Paxton (USA), Peeping Tom (Belgique), Yasmeen Godder (Israël), Lia Rodrigues (Brésil), Eszter Salamon (France-Allemagne-Hongrie), Xavier Le Roy (France-Allemagne).

  • Au début des années 1980, des chorégraphes inconnus comme Gallotta, Chopinot, Preljocaj ou Decouflé inventent une danse jamais vue. Elle s'affirme comme un carrefour d'expérimentations entre le geste, la musique, le théâtre, le cirque, les arts plastiques.
    Cette nouvelle scène, désireuse de renverser les valeurs en cours, possède toutefois nombre de références : au premier plan Béjart et Merce Cunningham, mais aussi Alvin Nikolais, Pina Bausch, Françoise et Dominique Dupuy.
    Depuis, cette lame de fond n'a cessé de s'amplifier et de se métamorphoser. Dans les années 1990, de nouveaux interprètes (Bel, Rizzo, Charmatz...) remettent en cause cette « belle danse » et la « danse conceptuelle » va balayer l'optimisme des années 1980. Mais la danse contemporaine n'a pas perdu son appétit d'expériences et de découvertes : dans les années 2000, elle s'ouvre au multimédia, au collage des arts et l'éclectisme des propositions explose plus que jamais : fresques vidéo, hip-hop, flamenco (Montalvo), minimalisme (Hoghe) ou classique contemporain (Preljocaj).
    Ce panorama de la danse contemporaine est complété par une rétrospective visuelle des spectacles les plus marquants des 16 dernières années.

  • Danser Pina

    ,

    • Textuel
    • 15 Novembre 2018

    Qui de mieux pour évoquer l'oeuvre de Pina Baush que les fidèles danseurs de sa compagnie, le Tanztheater Wuppertal? Les récits de vingt-quatre d'entre eux incarnent la figure mythique de la danse contemporaine, aussi secrète qu'adulée. Les sublimes images de Laurent Philippe permettent de revivre toute l'oeuvre: solos, duos, trios, tableaux.

  • Un chapiteau, des trapézistes, un clown, une écuyère, des étoiles, des paillettes, de la chair de poule et du rire, secouez le tout et voilà le cirque tel qu'en lui-même, énorme et excessif...
    Dans les années 1970, alors que la crise touche le cirque traditionnel des Pinder, Bouglione et autres Amar, une nouvelle vague d'artistes n'appartenant pas à ces familles de la piste à l'ancienne se projettent dans le panorama.
    Autodidactes le plus souvent, venus d'horizons très différents de celui du cirque, ils apprennent sur le tas à jouer de la musique, à jongler, faire des acrobaties tout en aiguisant leur talent de show-man qui ne manque pas de gouaille pour se mettre le public dans la poche et un peu d'argent avec.
    Pas à pas, ces personnalités flamboyantes et audacieuses, bien décidées à écrire leur vie au diapason de leurs rêves artistiques, sont devenus des professionnels mais aussi des auteurs à part entière, porte-étendard non seulement d'une nouvelle esthétique mais d'un monde à soi singulier.
    Cet ouvrage ouvre une voie subjective dans le paysage du cirque. Thématique plutôt que chronologique, il dessine en 5 parties les grands axes d'un art sous tension qui déclenche en France des vocations passionnées.

  • La photographie et la danse sont considérées comme deux arts opposés. Tandis que l'un représente une chose figée et suspend le temps, l'autre fait l'éloge du mouvement et semble insaisissable. Pourtant, ce livre, au sujet innovant tente de les mêler pour s'approcher et interpréter au mieux les spectacles de danse.
    Les très nombreuses photographies du livre sauvegardent ainsi cet art éphémère et permettent de retracer les vingt-cinq dernières années de la création dans le domaine de la danse. Son histoire y est dévoilée ainsi que la création des mouvements et des tendances esthétiques de la danse contemporaine.
    Ce livre propose donc une réflexion sur la représentation et le regard et met en parallèle celui d'une critique de danse et celui d'un photographe. Le photographe doit-il réinterpréter le spectacle par ses photographies et proposer une nouvelle vision ou doit-il s'effacer afin de rendre compte le mieux possible de la réalité de la chorégraphie ?

  • Au croisement de la danse et de l'art contemporain, cet ouvrage présente une série de spectacles et de parcours emblématiques de chorégraphes ayant collaboré avec des plasticiens ou oeuvrant sur les deux terrains dans un même élan créatif. Cette grille de lecture passionnante fait surgir des points de vue autres sur le geste dansé, l'évolution du spectacle chorégraphique depuis le début du XXe siècle et le métier même de chorégraphe.

    Conçu à quatre mains par Rosita Boisseau et Christian Gattinoni, il bénéficie de leurs regards spécifiques de journaliste de danse et de critique d'art.

    Structuré en quatre grandes parties, il opère une traversée d'oeuvres variées à travers différentes thématiques : l'indépendance de la danse et du décor, le théâtre total, la scène-paysage, le défi du vivant...

    Les photographies signées par Laurent Philippe rendent compte de la richesse visuelle de ces pièces chorégraphiques marquantes de l'histoire du spectacle vivant et des arts visuels.

  • Conçu comme la traversée d'une cinquantaine de grands ballets classiques qui ont marqué notre imaginaire, cet ouvrage conjugue une triple focale : historique, esthétique et parole vive des interprètes.
    L'idée est de revisiter le répertoire classique et néoclassique ainsi que les courants d'inspiration qui ont forgé la grammaire de la danse classique et qui lui ont donné ses lettres de noblesse.
    Structuré par grand ballet référent, il s'intéresse à leurs différentes adaptations jusqu'aux plus actuelles. Tel Le Sacre du printemps crée par Nijinski en 1913, adapté par Maurice Béjart en 1959, Pina Baush en 1975 et Raimund Hoghe en 2006.
    Cette lecture kaléidoscopique permet de saisir comment des ballets historiques continuent d'inspirer les chorégraphes d'aujourd'hui.
    Nous faisant passer côté coulisse, les plus grands danseurs répondent aux questions de Rosita Boisseau livrant leurs « secrets de fabrication ». Ainsi 50 danseurs étoiles comme Nicolas Le Riche, Aurélie Dupont ou Marie-Claude Pietragalla expriment tant leur appréhension que leur jouissance dans l'interprétation des rôles.

empty