Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 15/08/2021

Catherine Grenier

  • Alberto Giacometti, le réel merveilleux Nouv.

    Les Éditions Skira, la Fondation Giacometti et le Grimaldi Forum vous présentent Alberto Giacometti Le Réel Merveilleux, ouvrage réalisé à l'occasion de la rétrospective dédiée à Alberto Giacometti du 3 juillet au 29 août 2021 au Grimaldi Forum de Monaco. Catalogue accompagnant la plus riche rétrospective de l'oeuvre d'Alberto Giacometti de ces dernières années, cet ouvrage permet de remettre en perspective l'évolution esthétique de l'artiste en présentant des oeuvres issues de toutes les périodes de sa carrière - oeuvres de jeunesse, période surréaliste, retour à la figuration, travail d'après modèle, oeuvres emblématiques de l'Après-guerre. Découvrez toutes les facettes de l'un des artistes les plus importants du XXe siècle, grâce à la présentation et l'analyse d'oeuvres souvent méconnues du public. Plâtres, bronzes, peintures, dessins et estampes, plongez dans l'univers de l'artiste désirant capter l'essence des contours du corps de l'être humain, vacillant entre fragilité et grandeur.

  • Alberto Giacometti s'est concentré durant toute sa carrière sur un motif quasi-unique : la représentation de l'être humain. La sculpture de L'homme qui marche est devenu une oeuvre à la fois iconique de la fin de la période moderne et la synthèse des recherches de Giacometti sur la figure humaine.
    L'artiste ne cherche alors pas la représentation d'un homme en particulier mais la synthèse de toutes les figures possibles de l'homme, en révélant à la fois sa fragilité et sa détermination. L'exposition réunit pour la première fois l'ensemble des variations de Giacometti sur la figure en marche, de l'oeuvre célèbre qui assoit sa notoriété auprès du plus large public dans les années 1960 à la toute première version qu'il réalise dans l'immédiat après-guerre.

  • « Tout l'art du passé, de toutes les époques, de toutes les civilisations, surgit devant moi, tout est simultané comme si l'espace prenait la place du temps. » Alberto Giacometti n'est pas seulement un artiste majeur du XXe siècle : il est aussi l'une de ses personnalités les plus originales. Fruit de recherches nouvelles, cet ouvrage nous introduit dans l'intimité d'un artiste hanté par son oeuvre, toujours poussé en avant par une exigence sans concession.
    Après une jeunesse passée dans l'atelier de son père en Suisse, puis dans celui du sculpteur Antoine Bourdelle à Paris, le jeune artiste s'affranchit de ses premiers mentors en se tournant vers le cubisme, puis le surréalisme. Malgré la reconnaissance quasi-instantanée de son travail et l'amitié admirative d'André Breton, il se détourne rapidement des objets surréalistes qui l'ont rendu célèbre, pour s'engager dans une échappée solitaire qui le mènera à la marge des courants dominants. Ami des plus grands artistes et intellectuels, il trace son sillon personnel dans l'intimité solitaire de son mythique atelier de Montparnasse. Profondément attaché à la représentation humaine, influencé par les arts archaïques et non occidentaux, il s'éloigne d'une représentation naturaliste, pour adopter une vision synthétique et parfois hallucinée de la figure, chargée d'une puissance mystérieuse.
    Catherine Grenier nous livre le destin et le parcours singulier d'Alberto Giacometti, de sa vie et de son oeuvre, dans une biographie à lire comme un roman.

  • Ce catalogue d'exposition « Alberto Giacometti entre classicisme et avant-garde » propose une relecture de l'oeuvre de Giacometti en dialogue avec les grands sculpteurs modernes de son époque.

  • Dans ses sculptures comme dans ses peintures, Alberto Giacometti s'est concentré durant toute sa carrière sur un motif quasi-unique : la représentation de l'être humain, qu'il considérait comme la raison d'être du geste artistique.
    L'exposition et l'ouvrage Histoire de corps se concentrent sur les figures du nu féminin, pour lequel dès ses débuts l'artiste cherche à établir une nouveau canon de représentation. Passant du naturalisme à une schématisation néo-cubiste qui le conduit au seuil de l'abstraction, optant durant sa période surréaliste pour une représentation symboliste, Giacometti s'emploiera ensuite inlassablement à ouvrir une perspective moderne à la figuration d'après modèle.
    Le rapprochement des diverses sculptures, peintures et dessins inspirés de sa femme Annette, révèlera au public la diversité et l'originalité du traitement de ces figures nues, toutes représentées dans la même position, depuis le plus petit jusqu'au plus grand format.
    Dans cet ouvrage richement illustré, plusieurs textes d'auteurs originaux, ainsi que des citations et textes de l'artiste interrogeront le rapport complexe et tourmenté de Giacometti à la représentation de figure humaine.

  • Quel est l'avenir des musées, et en particulier des musées d'art moderne? Menacés par la crise économique, par l'envolée du marché de l'art, par la transformation des pratiques culturelles, les musées doivent aussi affronter les défis de la mondialisation et une concurrence grandissante. Derrière la bonne santé de la fréquentation, se cachent des réalités plus inquiétantes : le fonctionnement des musées est en crise, leur identité aussi. Une bonne occasion de repenser ce modèle et de l'adapter aux perspectives futures ?

    Toutes ces questions sont au coeur de cet ouvrage. Catherine Grenier s'inspire de sa pratique reconnue du métier de conservateur et d'une enquête réalisée auprès d'acteurs principaux du monde de l'art, pour offrir une analyse précise de la situation et dégager des perspectives. Sa réflexion s'attache au modèle français du musée, basé sur une conception humaniste ancrée dans la pensée des Lumières, qu'elle confronte aux réalités du contexte international et de la période de mutation culturelle qui s'amorce. Elle propose un modèle actualisé, le " musée polymorphe ", qui revitalise la dimension initiale du projet muséographique révolutionnaire et l'adapte aux temps futurs. Ce musée de nouvelle génération, qui intègre de nouvelles fonctions de diffusion des savoirs, se positionne de manière différente, plus active, dans la société et dans le monde. Il transcende la séparation traditionnelle entre musée d'art et musée de civilisation, pour refonder une conception unifiée du " musée public " aux implications à la fois artistiques, culturelles, sociales et politiques.

  • Première monographie consacrée à Jean-Michel Othoniel, cet ouvrage suit les pas d'un artiste singulier et secret.
    Utilisant sans détour la beauté des matériaux, Othoniel est un des rares créateurs à concilier une démarche artistique exigeante et une approche sensible et poétique. Derrière la séduction des formes, il nous fait découvrir un monde habité par le rêve et l'enchantement, mais aussi hanté par la souffrance et la mélancolie. L'artiste, qui a su gagner la faveur populaire avec son "Kiosque des Noctambules" pour la station de métro Palais Royal-Musée du Louvre à Paris, a fait l'objet de nombreuses expositions et commandes en France et à l'étranger.
    Le Centre Pompidou lui consacre en 2011 sa première rétrospective.

  • Jean-Michel Alberola, né en 1953, vit et travaille à Paris. Il poursuit depuis le début des années 1980 une oeuvre protéiforme qui navigue entre conceptualisme, abstraction et figuration. Au coeur de ce travail poétique et engagé, la question de la surface de la peinture est prépondérante. Cet ouvrage inédit réunit pour la première fois un ensemble de plus de 250 tableaux des années 1980 à aujourd'hui, donnant à voir toute l'étendue d'une pratique picturale unique et percutante. Un essai de Claire Stoullig ainsi qu'un long entretien avec Catherine Grenier nous éclairent sur la démarche de l'artiste et nous permettent d'appréhender son oeuvre.

  • Portrait intime du collectionneur Jean Pigozzo élaboré à partir de nombreux entretiens menés par C. Grenier. Le plus grand collectionneur au monde d'art africain contemporain, dont quelques pièces majeures sont ici reproduites, évoque son enfance, sa collection ainsi que sa relation à l'art et aux amis.

  • Cet ouvrage retrace l'itinéraire de Martial Raysse, artiste phare de sa génération qui s'est emparé avec insolence et virtuosité des références de la culture populaire comme celle de la culture savante. Il restitue les différentes étapes d'un engagement singulier et visionnaire qui se déploie au travers de peintures, de sculptures, de dessins et de films. Analysant en profondeur chacun de ces médiums, les différents essais et la chronologie largement illustrée montrent la richesse et la variété d'une oeuvre qui convoque à la fois le souvenir des grands maîtres et les visions très personnelles de l'artiste.

  • Parmiggiani

    Catherine Grenier

    Artiste italien, né en 1943, Claudio Parmiggiani développe depuis les années 1960 une oeuvre d'une grande puissance poétique qui utilise une large gamme de matériaux et de références. Nourri de culture classique et fortement marqué par le romantisme, il a su imposer au sein des recherches les plus expérimentales de l'art contemporain son goût pour la culture et la littérature. Le raffinement de ses sculptures et de ses installations, de même que la richesse du travail sur la couleur et les matières, ne tempèrent pas la puissance de ses thèmes et la radicalité de son positionnement artistique. Aux questions fondamentales de la disparition, de l'oubli et de la destruction qui le hantent, il répond par une oeuvre dédiée à la mémoire et au temps. Profondément humaine, sa création s'articule autour d'images et de lieux chargés d'une densité exceptionnelle : il combine ainsi la puissance des images au «génie du lieu», pour créer chez le spectateur un véritable choc émotionnel.
    Très largement illustré, cet ouvrage monographique visite les oeuvres phare de l'artiste, en inscrivant sa trajectoire dans la généalogie des explorateurs de l'extrême que furent Yves Klein ou Piero Manzoni. A partir de l'installation monumentale et spectaculaire qu'il a conçue pour le Collège des Bernardins, l'étude de Catherine Grenier analyse les principaux caractères du travail de Parmiggiani : la fascination pour les lieux chargés d'histoire, le travail de mémoire, l'apologie de l'expérience, la dimension humaine et la qualité spirituelle de sa démarche.
    Le livre fait ainsi apparaître une oeuvre dont la richesse visuelle et le raffinement esthétique sont en correspondance avec la densité d'un propos existentiel. Etranger au simple jeu des formes, l'artiste engage dans son projet artistique toute l'épaisseur d'un humanisme qui, au travers de ses installations spectaculaires, s'érige comme un rempart contre la barbarie et la destruction.

  • "Salvador Dali est un artiste célèbre, mais il représente surtout et avant tout un mythe.
    Un mythe du XXe siècle, comme cette époque a su les créer et les porter à leur point d'exaltation maximal, avant de les intégrer dans la légende dorée de la modernité. Dali a lui-même participé à l'élaboration de ce mythe, en dédiant l'intégralité de sa vie publique à la construction infatigable de son image. Mais le talent et les excentricités d'un artiste ne suffisent pas à créer un mythe populaire, l'époque tout entière doit y contribuer et s'y trouver synthétisée.
    Faisant corps avec lui, son oeuvre est le sismographe de l'âme de Dali comme de celle de son temps". L'auteure nous propose de redécouvrir ce Don Quichotte du XXe siècle à la lumière de cette période fascinante et complexe, tout en nous révélant son actualité contemporaine. Sa réflexion s'achève sur un chapitre consacré aux résonances de Dali chez les artistes actuels, de Jeff Koons à Ryan Trecartin, en passant par Damien Hirst.

  • Y a-t-il une caractéristique des images produites dans ces débuts du 21ème siècle? Comment les images proposées par les artistes se distinguent-elles de la prolifération environnante? Dans cet essai, Catherine Grenier interroge les différents statuts de l'image dans l'art d'aujourd'hui. Prenant appui sur de nombreux exemples, elle étudie les stratégies de manipulations de l'images introduites par les nouvelles générations. Discernant trois catégories principales d'intervention sur l'image - la falsification, la théâtralisation et la mythologisation - elle analyse les diverses procédures du " faux " et de l'extrapolation qui ont récemment connu un essor considérable, comme le remake, le re-enactment, la performation, la fictionnalisation. Ce faisant, elle aborde une gamme très large de propositions artistiques, depuis l'esthétique documentaire et le faux témoignage jusqu'au tableau vivant, l'art en costume ou l'image fossile.

  • Avec plus de 500 expositions depuis sa création en 1966, la galerie Daniel Templon est l'un des acteurs phares de la scène artistique contemporaine internationale.
    Dans une somme de 950 pages, la galerie propose un parcours rétrospectif sur ses expositions à travers les images, les écrits et les articles de l'époque.
    L'histoire de la galerie Templon reflète et anticipe le développement du marché de l'art et l'engouement actuel pour l'art contemporain.

    Abstraction, Nouveau Réalisme, Pop art, Minimalisme, Art conceptuel, Support-Surface, Transavant-garde italienne, Néo-expressionnisme, Nouvelle figuration américaine., la galerie a su pressentir ou accompagner l'émergence de nouveaux courants et de nouveaux artistes aujourd'hui reconnus.

    La galerie Daniel Templon a par exemple été la première à exposer en France Michel Journiac, Martin Barré, Christian Boltanski, Ben, Joseph Kosuth, Art Language, Donald Judd, Andy Warhol, Willem de Kooning, Jim Dine, Richard Serra, Helmut Newton, Jörg Immendorff, Jean-Michel Basquiat, Francesco Clemente, Robert Longo, Jake and Dinos Chapman, Jonathan Meese, Julian Schnabel, Eric Fischl, Iván Navarro, Kehinde Wiley ou Jitish Kallat.
    Ellsworth Kelly, Frank Stella, Roy Lichtenstein et Robert Rauschenberg, César, Arman, Claude Viallat, Gérard Garouste, Chiharu Shiota., quelque 300 artistes se sont installés entre les murs de la galerie.

    Le livre des 50 ans prend un parti documentaire qui en fait un ouvrage de référence : 1 300 photos des expositions et des oeuvres sont mises en regard des textes critiques parus à l'époque.
    Ce parti-pris permet de mesurer l'évolution de notre regard sur l'art contemporain depuis un demi-siècle et fait de l'ouvrage le livre le plus authentique et le plus complet paru sur un demi-siècle d'art contemporain.
    La rétrospective des expositions est précédée d'un texte de Germano Celant, historien et théoricien de l'arte povera, critique et curateur, actuel directeur artistique de la Fondation Prada à Milan et ami de longue date de Daniel Templon.

  • Entretiens avec l'une des grandes figures de l'art en photographie, dans lesquels Sophie Ristelhueber revient sur son parcours et explicite sa démarche (nouvelle édition augmentée).

    Pourquoi devient-on artiste ? Comment ? Jusqu'où est-on artiste ? Sollicitée par les questions directes de Catherine Grenier, Sophie Ristelhueber décrit le cheminement atypique d'une artiste que rien ne prédestinait à ce destin tardif et cependant accompli. Lucide et sincère, cette confession d'artiste, constitue une parfaite introduction à l'art contemporain, ses finalités et ses enjeux. Elle évoque les mouvements d'une « nécessite intérieure » qui l'entraîne dans des territoires en guerre, au contact des conflits et des blessures, à la recherche des traces et des cicatrices.
    Nouvelle édition augmentée de l'ouvrage paru en 2010 (ISBN 978-2-84066-388-1).

    Sophie Ristelhueber (née en 1949 à Paris) est aujourd'hui l'une des grandes figures de l'art en photographie. Elle poursuit, depuis ses travaux fondateurs sur la ville de Beyrouth détruite par la guerre au début des années 1980, une oeuvre exigeante qui éprouve les conditions dans lesquelles le réel se donne à voir. Elle développe une réflexion engagée sur le territoire et son histoire au travers d'une approche singulière du paysage, conçu comme espace porteur de traces d'activité humaine et mémoire des bouleversements majeurs (grandes guerres historiques, conflits récents, guerres civiles, tremblements de terre), interrrogeant, à la façon d'une archéologue, les marques laissées par l'homme en surface et rendant visibles les stigmates de l'histoire.
    Implicant un engagement personnel complet et une pratique de terrain, le travail de Ristelhueber emprunte au reportage ses outils (la photographie) et l'un de ses thèmes majeurs (la guerre), mais en les pliant aux procédures de l'art : son oeuvre ne se construit pas autour du projet documentaire de représenter, mais à partir du projet esthétique d'interroger la notion de trace, sur les corps et sur les lieux.
    Attentive au support des photographies, qu'il s'agisse de l'accrochage à l'échelle de la salle de musée ou de la reproduction par le livre, l'artiste recourt aussi à d'autres natures d'images (comme la vidéo) et à des dispositifs d'installation pour construire différentes formes capables de ressaisir la réalité.
    Sophie Ristelhueber a remporté le Deutsche Börse Photography Prize 2010.

    Voir aussi Sophie Ristelhueber - Opérations.

  • «All the art of the past rises up before me - the art of all ages and all civilizations - everything becomes simultaneous as if space had replaced time».

    Alberto Giacometti is more than a major twentieth-century artist - he is also one of the century's most intriguing characters. This biography, the result of new research, takes us into the private life of an artist haunted by his oeuvre, driven relentlessly by an uncompromising and demanding nature.

    Following a childhood spent in his father's studio in Switzerland, and then his student days in Paris studying under the sculptor Antoine Bourdelle, the young artist split from his early mentors, looking instead to cubism, then surrealism. He earned near-immediate recognition for his work and the admiring friendship of André Breton, yet Giacometti soon turned his back on the surrealist objects that had brought him fame, opting instead to break away on his own - a choice that led him to the margins of mainstream movements. A friend to leading artists and intellectuals, he made his own way in the solitude of his legendary studio in Montparnasse. Strongly attracted to human representation and influenced by archaic and non-Western art, he eschewed naturalist representation in favor of a synoptic and sometimes tortured vision of the figure - one filled with mysterious power.

  • Boltanski

    Catherine Grenier

    Né à Paris en 1944, Christian Boltanski sait, dès l'âge de treize ans, qu'il sera artiste.
    Aujourd'hui, il est l'une des figures incontournables de l'histoire de l'art contemporaine français et international, auteur d'une oeuvre de référence qui a su toucher un large public. Depuis la fin des années soixante, sa pratique artistique polymorphe traite d'une manière singulière des thèmes de l'enfance, de l'identité, de la mort, des archives et du temps. A partir d'un vocabulaire formel reconnaissable et de matériaux simples (photographies, archives, vêtements), il met en scène la rencontre entre mémoire personnelle et mémoire collective, faisant notamment revivre le souvenir des tragédies du XXe siècle.
    Se déployant des arts plastiques aux spectacles, son oeuvre offre une réflexion sur le statut de l'image, du témoignage et de l'art. Du premier atelier sous les combles, jusqu'aux plus grands musées et aux lieux les plus insolites, quarante années de création sont ici présentées, retraçant le parcours d'un artiste profondément humain et humaniste.

  • Aborde le parcours de l'artiste en évoquant tous ses thèmes de prédilection : l'artiste modèle, la féerie et l'apocalypse, la fabrique des images, la topographie du corps, les histoires de famille, les sociétés secrètes, le décor, le réalisme et le fantastique.

empty