Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 31/05/2021

Gallimard

  • À bientôt quatre-vingts ans, Clémence reprend la cigarette, s'installe à la terrasse d'un café, se déchausse. Libre, enfin. Elle rencontre un homme qui croit à un hasard. Mais Clémence sait à qui elle a affaire, et la journée qu'ils passent ensemble bouleversera leur existence. Quatre femmes, quatre époques. Clémence, ses filles Lydie et Margaux, et Prune, la petite-fille née le 11 septembre 2001. Elles sont d'une même famille, mais ont vécu dans des milieux différents : banlieue rouge, banlieue chic, province. Elles y ont traversé des épreuves, côte-à-côte parfois, seules souvent. Tout converge vers cette journée, et ce café. Dans un monde régi par les hommes, les petites Victoires déploient leurs ailes.Pierre Notte construit, de roman en roman, une oeuvre marquante qui puise dans sa grande expérience de l'écriture théâtrale pour l'art des mises en scène, des retournements, et s'enrichit de références multiples à d'autres formes, dont la chanson, pour rendre l'épaisseur des vies narrées. Il s'affirme ici comme un formidable conteur et compose un quadruple chant choral en l'honneur de femmes courageuses, passionnées, dont les portraits contrastés s'inscrivent, sans aucune démagogie, comme les symboles d'une modernité finalement heureuse.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Le récit commence dans une chambre d'hôpital où le narrateur rend visite à un certain Not, victime d'une attaque dont on ne sait pas encore si elle sera fatale. Le narrateur mène peu à peu une sorte d'enquête qui l'amène à côtoyer les proches de Not, qui se méfient, s'étonnent puis laissent apprivoiser. À travers ces échanges entre le narrateur et les proches (collègues, amants, amis, dont Nicole Croisille) et des retours en arrières (enfance, adolescence), se dessine un portrait saisissant, séduisant et terrible de Not.
    Celui-ci rédigeait des notices pour une entreprise de moules à tartes, travail absurde qu'il accomplissait sans se révolter. Mais la tragédie est ailleurs : dans la difficulté quasi-viscérale de Not à aborder le quotidien de ses passions, à comprendre les autres, à réagir à chaque rupture avec ses amants. Chaque crise aboutit à une tentative de suicide ou des séances d'automutilation. Dans cette descente aux Enfers, l'enfer, ce sont les autres, mais c'est aussi et surtout soi-même.
    Un véritable coup de théâtre, révélation ultime au moment du réveil miraculeux de Not, autour de qui sont assemblés tous les proches croisés par le narrateur, vient rendre l'atmosphère plus troublante encore et ouverte à mille projections.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • «À Tokyo, je ne reconnais rien, aucune image, aucune description, aucun signe du connu. Je n'y retrouve aucun plan d'aucun film, aucun mot d'aucun texte. Je n'ai rien lu, je n'ai rien vu. Les images des autres mondes, européens, américains, s'imposent d'elles-mêmes, elles nous sont imposées tout le temps et partout. Celles-ci nécessitent un travail, une recherche. Je n'ai pas cherché, je n'ai pas travaillé. Et je ne retrouve rien, je ne trouve pas, je perds tous repères, et j'ai tout à bâtir».

    La voix de Pierre Notte est multiple, en pleine métamorphose. Elle parle, tant elle redoute qu'on ne l'occulte. Cest sa façon d'exister, sa manière de dire «Je suis là», de faire partir la peur. Dans ce Japon déroutant où tout existe et son contraire, écoutons la ville et la voix assourdir ou se taire.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
empty