Riveneuve

  • Pinok et Matho se rencontrent en 1958 à l'Ecole normale supérieure d'éducation physique et sportive (ENSEPS). Elles suivent des cours de mime avec Etienne et Maximilien Decroux, de danse contemporaine avec Karin Waehner, Pearl Lang et Yuriko (école Martha Graham), et de jazz avec René Deshauteurs, la méthode Dalcroze avec Valérie Roth. A partir de 1962, elles créent à Paris treize spectacles de mime dont les critiques soulignent la liberté d'écriture qui échappe à toute référence antérieure. Elles font des tournées en France et dans le monde entier, depuis l'Afghanistan jusqu'à Taïwan, en passant par l'Egypte ou la Norvège. En 1965, elles ouvrent une école, le TEMP (Théâtre Ecole Mouvement et Pensée), réalisent des documents pédagogiques (quatre livre chez Vrin, disques, films et vidéo), animent de nombreux stages en France comme à l'étranger et impulsent différents festivals de mime. Elles sont l'auteures du livre de référence Une saga du mime des origines aux années 1970 (Riveneuve, 2016).

  • Pour la première fois un ouvrage est consacré à Maximilien Decroux, mime et chorégraphe (1930-2012), qui a tant oeuvré pour développer l'art du geste dans le monde du spectacle. Ce créateur virtuose, d'une curiosité de chaque instant, explore le mime, renouvelle le jeu du comédien et évolue vers l'art contemporain d'avant-garde. Voici un hommage à un artiste rare, d'audience internationale, qui appartient au patrimoine français et dont l'oeuvre constitue un important chaînon dans l'histoire du théâtre contemporain.
    Les auteures, Tania Becker et Catherine Decroux, ont étudié et travaillé avec Maximilien Decroux. Elles se sont donné comme mission de fixer sa mémoire ainsi que la richesse de son enseignement à travers les témoignages de collaborateurs et d'élèves, dont Samuel Avital, Jean-Claude Cotillard, Bruno Raffaelli, Brian Stavechny, ...

  • L'homme des cavernes a-t-il inventé le mime ? Depuis les danses symboliques supposées de la préhistoire, la tragédie grecque, la pantomime romaine, la fête des Fous du Moyen-Age ou les facéties de la Commedia dell'arte, les Foires, le Boulevard ou les Funanbules et Deburau, le théâtre corporel a traversé toutes les époques sous de multiples formes. En France, il a progressivement conquis ses lettres de noblesse au cours des siècles jusqu'à devenir un art reconnu sur le plan international avec Les Enfants du Paradis, Etienne Decroux, Jean-Louis Barrault ou Marcel Marceau.
    Cette incroyable saga du mime, d'abord retracée jusqu'à son déclin au début du 20ème siècle, reprend vie à partir de l'école du Vieux Colombier (1916-1980) puis d'Etienne Decroux et de ceux qui, issus de cette filiation, ont donné une nouvelle impulsion au mime contemporain. Les deux auteures analysent aussi les interactions du mime avec la danse et les autres arts, l'apport des penseurs du mouvement. Elles complètent l'ouvrage par des considérations sur l'école, les styles et les vocables appliqués à l'art du mouvement au cours des siècles.
    De riches citations - savoureuses lorsqu'elles sont formulées dans le langage de l'époque - et une foule de détails rendent l'ouvrage vivant et pittoresque.
     

  • C'est en 1993 que Michel Bruneau fonde le Festival International du Cirque de Massy et l'association organisatrice de cette manifestation, bien longtemps après avoir fait ses premiers pas dans le monde du cirque par le biais de la photographie.
    Sa passion nous entraîne sur les chemins des cirques de son enfance de la piste familiale des Fanni à l'immense chapiteau du grand Pinder de la famille Spiessert. Il nous fait partager ses rencontres aussi extraordinaires qu'improbables avec le patriarche Joseph Bouglione, avec Jean Richard, avec Achille Zavatta et avec tous les gens de cirque dont il est devenu l'ami. Plus tard, Yves Mourousi, Robert Hossein, Claude Lelouch, Alain Delon, Jean-Paul Belmondo et tant d'autres stars n'hésiteront pas à faire ce voyage initiatique à Massy pour saluer son travail.
    Mais cet ouvrage est beaucoup plus qu'un simple livre de souvenirs et d'anecdotes souvent drôles et parfois dramatiques. Ce document unique est une réflexion en profondeur sur des décennies de cirque français et sur son avenir dans lequel Michel Bruneau a toute confiance. C'est un regard d'actualité, neuf et pertinent, sur les arts de la piste à l'aube du XX1e siècle qui nous rappelle que le cirque est le spectacle vivant le plus prisé des spectateurs.
    En février 2009, pour conforter l'aura internationale de ce festival, et pour être sûr de le pérenniser tout en l'amenant toujours plus haut, Michel Bruneau a demandé à Francesco Bouglione, figure de proue de la nouvelle génération des Bouglione du Cirque d'Hiver, d'en devenir le co-directeur général.

empty