L'arche

  • Au début un rêve : fabriquer une marionnette qui saurait danser, faire de l'escrime et exécuter des sauts périlleux.
    Et puis la surprise : le pantin, à peine ébauché, commence à avoir sa propre vie. Pire, après les premiers pas, un peu boiteux, il prend la porte et disparaît. Gepetto, son créateur, se met à sa poursuite et s'aperçoit que Pinocchio, malgré ses traits humains, n'est pas un enfant facile à éduquer ; il finit trop souvent par succomber à la tentation et par s'écarter du droit chemin. Dès leur parution en 1878 à Florence, le succès des Aventures de Pinocchio fut grand.
    Les nombreuses rééditions encore aujourd'hui en témoignent. Mais curieusement, il n'y a, parmi toutes les éditions disponibles en France, aucune adaptation théâtrale. Et pourtant, à bien des égards, le livre appelle une version scénique. L'adaptation proposée ici a été établie par Lee Hall qui, on s'en souvient, est également le scénariste du film Billy Elliot.

  • Toujours inspirée de Lewis Caroll, cette nouvelle création est la suite des aventures d'Alice dans Alice et autres merveilles. La fillette a désormais 7 ans et demi; elle a mûri depuis sa chute dans le terrier du lapin. Elle prend cette fois un autre chemin : celui du miroir de son salon qu'elle décide de traverser pour découvrir le monde inversé qu'il cache au-delà de sa surface. Avec fantaisie et curiosité, et à rebours de toute logique conventionnelle, elle effectue ce passage initiatique et apprend à lire les cartes d'un réel mouvementé où la vie se joue comme une partie d'échecs. Un univers jubilatoire où le langage croise le merveilleux, pour tous à partir de 8 ans.

  • Destiné aux enfants, élèves, professeurs, bibliothécaires, parents, praticiens de l'improvisation.
    Son principe est simple et vieux comme le monde et ses récits :
    Partir de quelques cartes tirées au hasard pour (s')inventer des histoires, et jouer seul ou en équipe.
    Il stimule ainsi la créativité et laisse voguer l'imagination.
    On peut y jouer et rejouer à l'infini, chaque tirage de cartes induisant de nouvelles possibilités.
    Le livre comprend des règles du jeu (selon que l'on se destine à l'improvisation théâtrale ou à l'atelier d'écriture), plusieurs séries de cartes organisées par thèmes (correspondant aux grandes catégories du jeu comme :
    Temps, personnage, défaut, qualité, souvenir, objectif, etc.) ainsi que trois exemples de textes d'auteur.e.s qui se sont prêté.e.s au jeu et ont imaginé une histoire à partir d'un tirage de cartes.

  • Fantaisie littéraire au royaume de l'hypocondrie, cette nouvelle pièce jeune public de Marie-Hélène Larose-Truchon orchestre la phobie médicale d'une petite fille à l'imaginaire débordant. À chacune de ses visites à l'Homme-Maladie dans sa chambre d'hôpital grise, elle prétexte toutes sortes de maux pour rester à ses côtés et attirer l'attention des Mains-Docteur. Sous le regard du Tic-Tac-Temps, mangeur de calendrier et témoin de l'histoire, Amande-Amandine saute allégrement des affres de la bougeotte grimpante à la maladie de la peur jaune ou de l'araignée. Pourquoi revient-elle sans cesse au chevet de l'Homme-Maladie ? Qui est cet homme taciturne qu'elle accompagnera jusqu'à la guérison ?

  • Vera, quatorze ans. Une adolescente debout au coin d'une rue, des processeurs de son aux oreilles. Sourde. Mais réceptive comme nulle autre aux bruits du monde et aux fracas de l'Histoire. Son chant s'élève comme un cri qui interroge les frontières de la normalité et des catégories assignées dès le plus jeune âge. D'un même élan, Vera plonge en elle et au coeur des autres. À l'abri de sa pensée mais surexposée par sa parole, elle apprend à accepter d'être. Différente.

  • Je m'appelle pas

    Edouard Signolet

    • L'arche
    • 8 Novembre 2019

    Je m'appelle pas est une adaptation de l'histoire du Petit chaperon rouge, conte de tradition orale et retranscrit par les frères Grimm ou Charles Perrault en France. Signolet s'empare de la matière bien connue et la recompose avec une inventivité réjouissante pour souligner l'anonymat qui entoure l'histoire de la fillette, de sa Mère Grand et du Grand méchant loup.
    Ainsi surgissent d'autres personnages tirés d'autres contes et de nouveaux épisodes (une fée acariâtre fait irruption dans l'imaginaire du Petit chaperon rouge lorsqu'elle s'ennuie ou désespère, la rencontre du Petit poucet qui lui promet de devenir son ami une fois qu'il aura réglé tous ses problèmes familiaux, etc.).
    Cette composition, qui déjoue les codes de l'univers du conte, invite avec un humour grinçant à réfléchir sur les assignations symboliques (nom, attributs) et notre rôle à jouer en société dès l'enfance.

  • Alice et Max sont turbulents. Pas une seule bêtise ne leur échappe pour faire tourner en bourrique leur institutrice. Elle finit par rendre les armes. Arrive alors un nouveau directeur : un troll. Il règne sans pitié sur l'école en forçant les élèves à travailler toute la journée dans une mine d'or. À la moindre incartade, les garnements sont dévorés par la créature. Alice et Max tentent de se rebiffer mais les adultes ne semblent prendre au sérieux leur détresse...

  • La petite Crème-Glacée - qui malgré son nom, n'a pas le droit d'en manger - en a marre que sa maman n'ait jamais le temps de terminer ses histoires. C'est parce que tous les jours, Madame Sa Mère part en croisade pour sauver l'environnement, et télécommande Samantha La Gardienne pour s'occuper d'elle. Ainsi, par esprit de rébellion et par amour des histoires, la colère de Crème-Glacée la mènera jusqu'au fond d'un pot de crème glacée... où elle fera la rencontre de la Vieille Qui S'emmerde. Quels secrets cette étrange femme révélera-t-elle au sujet de Madame Sa Mère?

  • Lisa, 8 ans, passe tout son temps sur son logiciel d'astrophysique à scruter le ciel à la recherche d'un monde meilleur.
    Il faut dire aussi que sa vie terrestre est tout sauf agréable.
    Depuis que ses parents ont perdu leur emploi, ils se traînent du lit au canapé du matin au soir et laissent Lisa s'occuper de tout.
    À l'école, elle est la souffre-­-douleur de ses camarades qui la persécutent.
    Même la maîtresse l'a prise en grippe.
    Lisa rêve d'une vie sur une autre planète avec des êtres qui ne la trouveraient pas bizarre.
    Un jour, un groupe d'extraterrestres laisse l'un d'entre eux sur Terre :
    Klakalnamanazdt, mais Lisa préfère l'appeler Walter.
    Il réussit à mettre un peu d'ordre dans la vie de Lisa et l'aide à trouver sa place dans la société.

  • Dans un pays d'Europe de l'Est ravagé par une guerre qui s'achève à peine, Dimitri, un garçon de huit ans grandit seul. Mira, sa mère, est partie travailler en France tandis que Sandor, son père, continue à faire la guerre dans un pays voisin. Livré à lui-même, l'enfant rêve la nuit de rejoindre les êtres qui lui manquent sur son skate. À l'école, sa copine Flora dessine des animaux sauvages et tient à le dessiner en renard, mais Dimitri préfère les loups. Un jour, Flora cède et le maquille. Alors, Dimitri se transforme en un véritable petit loup et s'enfuit dans la forêt... Pourquoi les parents sont-ils partis à l'étranger ? N'aimaient-ils plus leur enfant ? Ou les conditions de vie s'étaient-elles trop dégradées ? Et pour quelles raisons ? Ce texte poignant sur l'abandon et l'imagination, refuge de l'enfance, tente une réponse.

  • Bouli année zéro

    Fabrice Melquiot

    • L'arche
    • 6 Septembre 2010

    Et si avant la vie, il y avait déjà quelque chose ? C'est la voix de Bouli, en boule dans le ventre de Mama Binocla, qui se pose déjà tout un tas de questions sur ce qui l'attend à l'extérieur. Ce nouvel épisode nous emmène jusqu'à l'épicentre où tout commence, avant même la naissance du héros.

  • Guitou

    Fabrice Melquiot

    • L'arche
    • 12 Mai 2011

    Sur les photographies, c'est le passé qu'on regarde. C'est du temps mort. On ne le rattrapera pas. La photo nous dit ça, elle nous dit : ce que tu vois, tu n'y reviendras pas. Sauf si Guitou sort de la photo.
    Une pièce destinée aux enfants comme aux adultes.

  • Alice et autres merveilles

    Fabrice Melquiot

    • L'arche
    • 17 Septembre 2007

    J'aimerais une vie qui soit une merveille à elle toute seule.
    Tant qu'à faire : j'aimerais être une merveille. exemple : une chevrolet. ou un joli garçon qui parle bien doucement. ou une barque, filant sur l'eau, un dimanche de soleil, avec à son bord, moi et moi et moi encore, et puis toi mon vieux.

  • Pierre est un panda

    Christophe Pellet

    • L'arche
    • 5 Novembre 2014

    Composée en 1932, interdite dès 1933, comme nombre d'oeuvres d'Odon von Horvath, "Foi, amour et espérance" semble avoir été écrite pour notre temps. Dans l'Allemagne déchirée de l'entre-deux guerres, Elisabeth tente de survivre. Elle veut vendre, à l'avance, son corps à la science. Elle va se heurter à l'âpre domination des puissants et connaîtra la prison. C'est ce qu'Odön von Horvath désignait comme «la petite danse de mort» d'Elisabeth.

  • Le gardeur de silences

    Fabrice Melquiot

    • L'arche
    • 10 Septembre 2003
    Ajouter au panier
    En stock
  • Le théâtre naît là où il n'est pas chez lui. Imaginons la salle de classe. On écarte tables et chaises pour former un gradin improvisé. Le comédien ou la comédienne apparaît, sans décor ni artifices lumineux ou sonore, dans un rapport direct entre aire de jeu et auditoire. Parole adressée, parole d'aujourd'hui pouvant évoquer des problématiques, des paysages, des obsessions adolescentes. C'est la proximité de l'interprète et la force de la parole qui fondent l'assemblée théâtrale. A travers ce concept, le théâtre sort de ses gonds, pénètre les établissements scolaires et fiction et conversation, art et parole partagée, entrent au coeur du dispositif.
    Avec T'as peur ou quoi ?, Arnaud Cathrine livre un texte sobre et intime, où surgissent et se mêlent la voix intérieure de Martin, les angoisses de sa mère, et une plongée en apnée dans les rapports adolescents... Une histoire dans laquelle les chansons, et le courage des amitiés naissantes, permettent d'affronter la plus grande des peurs : celle de la cour de récré.
    Les Hippocampes, le texte de Fabrice Melquiot, est une sorte d'antichambre à Tarzan Boy. La chambre adolescente est le lieu du souvenir, des amours contrariées, au rythme de musiques rock.
    John W., la pièce de Valérie Poirier, nous transporte dans l'univers du western. Chez les Rabilloud, une famille apparemment comme les autres, les westerns on a ça dans la peau, comme d'autres ont la piraterie dans le sang. Mais la distance entre la réalité du quotidien et le monde des cow-boys n'existe plus. John W. fait partie de la famille, mais il se sent en décalage.
    Avec ce recueil, L'Arche propose un nouveau titre en partenariat avec le Théâtre Am Stram Gram de Genève. Ces trois pièces espèrent donner de l'air au présent, par la parole vivante, parole adressée, en saillie, parole d'aujourd'hui évoquant des problématiques, des obsessions, des paysages adolescents.

  • Münchhausen ?

    Fabrice Melquiot

    Affabulateur hors pair, esprit fantasque, Münchhausen est un personnage truculent à la verve intarissable, à mi-chemin entre Cyrano et Cervantès. Cette adaptation pour le jeune public explore à travers une relation père-fils le déplacement de frontière entre l'imaginaire et la réalité.

  • Moby Dick

    ,

    • L'arche
    • 7 Octobre 2013

    "Moby Dick" sera créé à l'Opéra Théâtre de Saint-Etienne le 7 janvier 2014 dans une mise en scène de Matthieu Cruciani.
    Moby Dick raconte comment Ishmaël décide de partir à la chasse à la baleine. Il embarque sur le Pequod, baleinier commandé par le capitaine Achab. Mais le bateau ne chasse pas pour alimenter le marché de la baleine. Achab recherche Moby Dick, un cachalot blanc d'une taille impressionnante et particulièrement féroce, qui lui a arraché une jambe.

  • Les gosses de Nathan

    Ulrich Hub

    • L'arche
    • 22 Décembre 2011

    À la fin du XIIe siècle, Jérusalem subit les foudres allumées par les Croisades. Le sultan Saladin, respectueux de la foi de chacun, combat les Templiers qui tuent au nom de Dieu, mais un jour il épargne l'un d'eux. Kurt, le jeune Templier sauve à son tour des flammes une jeune femme juive, Recha, fille adoptive du sage Nathan. La " folle " journée peut commencer.
    Les Gosses de Nathan est une adaptation de la célèbre pièce de l'Allemand G.E. Lessing, Nathan le Sage. En 1779, Lessing élevait déjà la tolérance religieuse au rang de suprême vertu et bousculait les représentations de son temps. Ce drame que Goethe tenait pour " une des plus hautes créations de l'humanité " reste terriblement actuel sous la plume d'Ulrich Hub. Cette pièce méditerranéenne nous offre un théâtre de la parole, ouvert, bienveillant, vivant. Le théâtre se fait le point de départ de la discussion : quelle est la vérité de l'autre, et comment composer avec cette réalité ? Comment vivre ensemble ?
    Ulrich Hub est metteur en scène et auteur. Il a reçu de nombreuses récompenses dont le prestigieux prix Tam-Tam en 2008. Les Gosses de Nathan confirment la rencontre d'un auteur, d'une époque et de son public.

  • Attendrissants et jubilatoires, tels un jappement de chien, Les Manuscrits des chiens sont écrits comme de longs monologues qui nous emmènent jusqu'au-delà des montagnes de Norvège.
    Dans ce deuxième tome, Olav est un chien des fjords. Couché dans le grenier de la remise à bateau, il s'interroge sur la ronde des saisons et sur la raison de ce froid hivernal. Pourquoi ne pas aller rendre visite à son ami Bård, le chien des forêts ? Parler avec ce vieux garçon mais chien des forêts endurci comme lui, lui changera les idées. Sauf qu'en chemin, Olav croise la route de deux dames chiens élégantes et distinguées. Comment va-t-il réussir à oublier le poil noir et lisse de ces merveilleuses créatures ?
    />

    Ajouter au panier
    En stock
  • Bouli Miro

    Fabrice Melquiot

    • L'arche
    • 13 Septembre 2002
    Ajouter au panier
    En stock
  • Tous les archétypes du merveilleux se voient tournés en dérision : la Princesse n'est guère jolie, le jeune Prince plutôt benêt, et le couple royal ne cesse de se chamailler. Sans compter que les nobles ne sont pas toujours nobles d'esprit. Le Prince révèle pourtant une réelle grandeur d'âme et apprend à (re)connaître la vraie noblesse au terme d'un voyage que l'on pourrait qualifier d'initiatique. Et cette adaptation ne se prive pas de clins d'oeil philosophiques en opérant ce glissement grinçant par rapport aux contes de fées : l'humeur du Prince oscille en effet entre mélancolie sceptique et doute cartésien :
    «J'ai vu le monde, je l'ai trouvé bien laid. J'ai vu l'ordre, il ne m'a pas laissé de place. J'ai vu la cruauté, elle m'a fait très peur. J'ai vu la faim, elle a failli me manger. J'ai vu la beauté, elle m'a rendu bien triste. J'ai vu des princesses, mais la seule chose dont je suis sûr c'est que je ne suis sûr de rien.»

  • Micky & Addie

    Rob Evans

    Micky est un garçon de dix ans qui vit seul avec sa maman. Depuis tout petit, il imagine son père parti en mission secrète pour la NASA. Au contact d'Addie, une petite fille qui ne sait pas mentir, Micky apprend la vérité.
    Ses rêves s'ébranlent, mais entre les deux enfants naît une amitié inextricable.

  • Martin est nouveau dans l'école de Simon. Toujours fourrés ensemble, les deux garçons deviennent vite inséparables. Mais, un jour, Martin se distingue au football et devient le plus populaire de la classe. Simon, lui, n'a pas d'ami. Se rangeant bien vite à l'avis des autres, Martin tourne le dos à son ami. Il faut dire que depuis que Simon est tombé dans la gadoue, Martin a un peu honte : Simon la Gadouille, un sobriquet tout trouvé qui lui colle à la peau comme la vase de l'étang. Puis les deux garçons grandissent et s'oublient... jusqu'à ce qu'un soir, la voiture de Martin s'arrête à un feu et qu'il remarque quelque chose : alors il se souvient.
    Pièce tendre et cruelle, Simon la Gadouille retrace l'histoire d'une amitié brisée entre deux copains d'école qui s'étaient juré rester amis pour toujours. Sous forme de tableaux qui déferlent dans la mémoire du narrateur, les phrases de Rob Evans sont brèves et fugaces, comme le souvenir.... Une pièce poétique et touchante sur les difficultés d'être courageux quand on est enfant, puis sur les remords qui vous poursuivent à l'âge adulte.
    Rob Evans est metteur en scène à Glasgow et auteur de nombreuses pièces pour enfants.

empty