Albin Michel

  • Avant d'y exploser, l'info bute dans sa tête comme un vieux diamant sur le sillon d'un vinyle rayé. Alex Bleach, ce pote percuté par le succès, est mort...
    Une question bassement pragmatique taraude Vernon : qui va payer son loyer ?
    Fusion synesthésique de la musique, du dessin et des mots, Vernon Subutex est un chef-d'oeuvre à quatre mains par le duo le plus rock de la littérature dessinée.

  • L'Odyssée

    Homère

    Cette très belle édition illustrée du texte intégral de L'Odyssée traduit par Mario Meunier offre l'occasion de lire ou relire un classique de la littérature mondiale, tout en appréciant le travail exceptionnel de l'illustrateur.
    Rochette s'est rendu à Ithaque où il a peint les paysages qui ouvrent les vingt-quatre chants. Les autres aquarelles se sont imposées à lui avec une force et une spontanéité qui l'ont étonné. L'artiste s'est détaché de plus en plus de sa formation de dessinateur pour aller plus loin dans une spontanéité qui bien souvent frise l'abstraction, offrant au lecteur une nouvelle vision de l'oeuvre.

  • Depuis la préhistoire, avec l'apparition des venus hottentotes, la femme a été le centre et le support de tous les fantasmes. Déesse ou putain, vierge ou sorcière, virago ou odalisque, elle a été mise en scène, allumée, surexposée : son corps, toutes les parties de son corps, et son visage, à travers un regard essentiellement masculin.
    La première partie de cet ouvrage - La femme regardée - va jusqu'au moment où Courbet et Manet vont révolutionner le regard, la seconde - Les femmes qui nous regardent - jusqu'aux années 60 et la troisième - Ces femmes qui se regardent - débute avec les années 1970, quand s'est opérée une révolution majeure pour les femmes artistes qui désormais se représentent elles-mêmes. C'est donc aussi à une histoire de l'évolution du statut de la femme que ce livre convie, comme un voyage au Pays de l'émancipation sexuelle et politique, de Camille Claudel à Louise Bourgeois, et de Frida Kahlo à Cindy Sherman.

    "JE SUIS UNE FEMME. TOUT ARTISTE EST UNE FEMME.».
    PICASSO.

  • « Sept ans déjà que s'est installé ce rendez-vous annuel qui a vu triompher tour à tour les villages de Saint-Cirq-Lapopie, Eguisheim, Cordes-sur-Ciel, Ploumanac'h, Rochefort en Terre et Kaysersberg. Pour six villages couronnés, combien d'autres tout aussi magnifiques ?Je vous propose de poursuivre dans ce beau livre, superbement illustré, le plaisir de découvrir ces villages uniques. En 2016 et 2017, quelque vingt-six villages de France ont ainsi été sélectionnés et leur caractère authentique propre soumis à vos votes. Le Village préféré des Français exalte les charmes et les sortilèges de notre pays. Je suis persuadé que vous n'aurez dès lors qu'une hâte, prendre la route pour aller découvrir nos trésors insoupçonnés pourtant si proches de chez vous. » Stéphane BernStéphane Bern vous convie à un nouveau tour de l'Hexagone à travers 26 de nos plus beaux villages : villages perchés, bourgs de montagne ou de campagne, villages médiévaux ou au bord de l'eau... À chaque étape, des anecdotes historiques, découvrez l'artisanat local, les plus beaux sites à explorer, les festivités à ne pas manquer, les personnalités célèbres qui ont contribué à forger l'âme du lieu, sans oublier... les coups de coeur d'un passionné d'Histoire et de patrimoine !

  • La franc-maçonnerie continue d'inspirer bien des fantasmes. Des spécialistes reconnus décryptent un univers qui oscille entre secret et discrétion : la véritable histoire des origines, le Dieu des francs-maçons est-il celui des chrétiens ? Le décryptage des rituels et des symboles, le pouvoir des francs-maçons, mythe ou réalité ? Femmes en loges : la polémique de la mixité, les religions face à la franc-maçonnerie.
    Avec : Jack Chaboud, Marie-Stéphane Chaboud, André Combes, Roger Dachez, Antoine Faivre, Serge Lafitte, Jean Mercier, Pierre Mollier, Luc Nefontaine, François Thual.

  • Après la démocratisation internationale du tatouage, la bague d'homme est le nouveau phénomène de mode. L'antiquaire Yves Gastou en porte et en collectionne depuis toujours : bagues de doges de Venise du XVIIe siècle, bagues de bikers américains des années 1970, bagues antiques de l'ancienne Égypte, bagues vanités du XIXe siècle, bagues émaux du XVIIIe siècle, bagues d'artistes contemporains... Pour la première fois, il dévoile dans ce livre sa fabuleuse collection, unique au monde.

    Cet ouvrage retrace pour la première fois la grande histoire des bagues d'homme à travers sept thématiques : Néoclassicisme / Chevalerie / Gothique / Religion / Vanités / Ethnique / Curiosités.
    Une iconographie exceptionnelle : les bagues ont été photographiées en plus de 250 tableaux mis en scène spécialement pour cet ouvrage, mettant en valeur la richesse de leurs détails et de leurs motifs. Dix portraits d'homme contemporains complètent l'iconographie.

  • À l'approche des nazis en 1941, André Breton et les surréalistes réfugiés à Marseille continuent à pratiquer l'art du jeu. Ils réinventent le tarot, dont ils conservent le principe des séries mais transforment les dénominations et les figures. Rebattant à nouveau les cartes, Sylvie Germain propose dans ce livre son propre jeu pour évoquer Marseille à travers de brefs tableaux. Un texte kaléidoscopique, d'une grande finesse, embrassant pourtant la ville dans toute son ampleur, sa diversité, son passé et sa modernité, entre histoire et mythologie.
    Une iconographie inédite : cartes originales des surréalistes (Max Ernst, André Breton, Victor Brauner ou encore André Masson), images d'archives et photographies contemporaines de Tadeusz Kluba.

  • Le Corbusier, ce prodige du béton, ce poète de l'angle droit, si admiré encore aujourd'hui, mérite-t-il le qualificatif infâmant de fasciste ? Pour le savoir, il faut remonter quelques décennies en arrière, en restant au plus près de ses nombreux écrits. Essayer de comprendre quelles idées l'animaient. Tenter de reconstituer ses réseaux de relations : le trouble docteur Winter, son ami et voisin ; l'étrange ingénieur François de Pierrefeu ; le sinistre chirurgien Alexis Carrel, qu'il admirait tant. Et il faut suivre enfin son parcours, qui le mène tout droit des rassemblements fascistes des années 1920 aux hôtels de Vichy, où il passe dix-huit mois entre 1940 et 1942.

    Il ne s'agit pas de juger, mais de connaître la part d'ombre d'un artiste visionnaire, qui n'exclut pas sa dimension solaire (car le fascisme n'empêche pas le talent, Marinetti ou Céline l'ont prouvé). Et de comprendre d'où vient un peu, ou peut-être beaucoup, de notre modernité.

empty