La Martiniere

  • Contempler, errer, tracer, apparaître, hanter... En cinq chapitres et plus de 180 images, ce livre dessine une géographie sensible du Japon : on y parle de l'impermanence des choses (wabi sabi), de la beauté cachée du monde (yûgen), de la pénombre qui dissimule tout autant qu'elle dévoile ou encore du souvenir de contes anciens. Autant de thèmes chers à l'esthétique japonaise, ici révélés par les oeuvres des maîtres (Kitagawa Utamaro, Suzuki Harunobu...), ou encore celles d'artistes contemporains comme Takesada Matsutani ou Toko Shinoda.

    Dessins à l'encre de Chine, peintures sur rouleaux, estampes, lithographies, photographies se succèdent en une promenade visuelle propice à la rêverie. De courts textes explicatifs, des haïku, des extraits littéraires soigneusement choisis les accompagnent et éclairent les notions esthétiques, concepts philosophiques et oeuvres emblématiques. Un livre pensé comme un dictionnaire amoureux où chaque image, chaque texte est une rencontre au coeur de l'âme japonaise.

  • émerveillement

    Matthieu Ricard

    Un hommage, en texte et en images, à la beauté de la nature et de la vie sous toutes ses formes : ÉMERVEILLEZ-VOUS !

    « Se fondre dans l'immensité du ciel, se perdre dans le dédale d'une écorce, disparaître dans l'intimité d'une fleur comme Alice qui passe de l'autre côté du miroir et se retrouve au pays des merveilles. Savourer la fraîcheur de l'instant sans s'égarer dans les mille et un ailleurs de la distraction... » En somme s'émerveiller de tout, du rien, du simple, de la feuille, de la brindille, du rocher, de l'eau. Retrouver un regard d'enfant sur la nature, son infiniment grand et son infiniment petit. C'est vers cet émerveillement simple et instinctif, trop souvent enfoui sous les pavés de nos villes et de nos vies, que le moine bouddhiste et photographe Matthieu Ricard nous convie, en paroles et en images.

    « L'émerveillement nous élève en invitant dans notre paysage intérieur des états mentaux sereins, vastes et ouverts qui engendrent un sentiment d'adéquation avec le monde... » Il est une incitation au lâcher prise, à la pleine conscience, à savoir apprécier l'instant présent. Il nous emplit de la vaste et émouvante interdépendance des êtres et de la nature. Il nous encourage ainsi à nous transformer et à nous reconnecter, avec respect et bienveillance, à tout ce qui nous entoure.

    De l'Argentine au Canada, de l'Islande au Népal, le texte de Matthieu Ricard et ses 150 images en couleurs nous font redécouvrir les vertus de cet enthousiasme primitif et de « notre affinité innée à la Nature ».

  • Lucien Clergue

    Lucien Clergue

    En mêlant les photographies emblématiques de Lucien Clergue et les documents qui témoignent de ses liens privilégiés avec le monde de l'art et de la littérature, comme Picasso, Cocteau ou Roland Barthes, cet ouvrage apporte un éclairage novateur, original et inédit sur ce photographe à la popularité incontestable. Le livre s'organise autour des thèmes chers à l'auteur, comme la ville d'Arles, la Camargue, la corrida, et des actions qu'il a menées en faveur de la photographie avec la création, en 1970, des Rencontres internationales de la photographie d'Arles, devenues depuis le rendez-vous incontournable du monde de l'image.
    En accueillant Lucien Clergue dans ses rangs, en 2006, l'Académie des beaux-arts a reconnu la vie et l'ouvre d'un homme qui a beaucoup donné à la photographie. La publication de cet ouvrage accompagne cette consécration.

    Né à Arles en 1934, Lucien Clergue est à lui seul un monument de la photographie en France. Photographe amoureux d'Arles et de la Camargue, passionné par la tauromachie. Surtout connu pour son travail sur le nu, sa carrière commence véritablement en 1957, lorsque les éditions Seghers publient son premier album de photos de nus, Corps mémorables, avec une couverture réalisée par son ami Picasso, des poèmes d'Éluard et un poème liminaire de Cocteau, le posant ainsi dans le monde des arts et de la photo. Introduit aux États-Unis par Edward Steichen, exposé de New York à Tokyo et enseignant dans le monde entier, il fonde et dirige jusqu'en 1995 Les Rencontres d'Arles. Le texte a été rédigé par Lucien Clergue, en collaboration avec Gabriel Bauret, commissaire d'exposition indépendant, notamment pour la MEP.

  • "La vie spirituelle de Matthieu et son appareil photo ne font qu'un, de là surgissent ces images fugitives et éternelles".
    Henri Cartier-Bresson.

    Scientifique de formation, Matthieu Ricard s'est établi en Inde en 1967. Depuis, il n'a cessé de photographier l'Himalaya, les maîtres spirituels du bouddhisme tibétain et leur monde. A l'âge de 30 ans, devenu moine bouddhiste, il a bénéficié d'un accès privilégié à la vie intime des monastères bouddhistes, des communautés nomades, des lieux sacrés et des sites naturels les plus reculés de l'Himalaya.
    Un demi-siècle dans l'Himalaya retrace, à travers textes et images, le parcours personnel de Matthieu Ricard. Une vie dédiée au monde himalayen, à la spiritualité, au peuple tibétain et à sa culture. Cet ouvrage est une référence, une somme photographique sur les traces des grands maîtres du bouddhisme et un hommage éclatant à l'Himalaya.

  • Chines

    Marc Riboud

    Le livre-rétrospective de 50 ans de voyages du photographe dans l'empire du Milieu.

    Chines retrace, sur plus de cinquante ans, les nombreux séjours que fit le photographe Marc Riboud dans l'empire du Milieu. Dès son premier voyage en 1957, les avertissements n'ont pas manqué: "Vous ne verrez que ce que les Chinois voudront bien vous montrer, [...] un décor préparé à l'avance..." Il est vrai qu'un Européen ne se déplace pas en Chine comme il le ferait ailleurs, surtout dans ces années-là. Mais à force d'insistance polie, de patience, de diplomatie, le photographe a obtenu de pénétrer dans les habitations, les écoles, les musées, de déambuler de jour comme de nuit à Pékin ou à Shanghai, d'assister au spectacle qu'offrent les campagnes ou les usines... Les images incroyables livrées ici témoignent du quotidien des Chinois avant que n'ait lieu le "Grand Bond en avant" instauré par Mao Zedong en 1958. S'ensuivirent d'autres séjours sur plusieurs décennies jusqu'en 2010 et avec eux, bien entendu, d'innombrables photographies, témoins aujourd'hui des promesses de l'Histoire. À travers plus de 350 clichés en noir et blanc et en couleurs, Marc Riboud dresse un portrait passionnant, car vivant, de ces Chine(s) multiples. Des images chargées de beauté, de force et de vérité.

  • Qui n'a jamais contemplé une carte du monde en rêvant aux merveilles qu'elle dissimule ? Qui n'a pas souhaité découvrir, à l'autre bout de la Terre, une cité perdue, un rocher mystérieux ou une grotte oubliée ? Dans ce troisième atlas de la collection, Travis Elborough poursuit son exploration mondiale des lieux inattendus, des bizarreries architecturales et autres curiosités de notre planète. À partir des cartes de Martin Brown et de documents photographiques, il cultive notre goût de l'insolite et du voyage. Des villages flottants du lac Titicaca aux arbres biscornus de Slope Point en Nouvelle-Zélande, des hauteurs vertigineuses d'un monastère taoïste à l'écho souterrain d'une grotte aux coquillages, Travis Elborough nous raconte un monde insoupçonné.

  • Les Rencontres de la photographie fêtent leurs cinquante ans ! Le succès de cette aventure emblématique de l'histoire des festivals en France a largement dépassé les espérances des fondateurs : Arles est devenu un lieu de découverte, de débat, parfois de scandale, et le festival, un événement incontournable pour tous les photographes, exposés ou de passage. Une collection riche de plus de 3 300 oeuvres a été constituée au fil du temps où se côtoient grands maîtres, jeunes photographes ou anonymes. À l'occasion de leur cinquantenaire, les Rencontres ont initié un vaste programme de valorisation de leur collection, présentée pour la première fois dans cet ouvrage à partir d'un corpus de 300 oeuvres établi par Sam Stourdzé. Françoise Denoyelle, historienne de la photographie, retrace l'histoire du festival et plus largement l'évolution du monde de la photographie au cours de ces cinq décennies. Elle complète son propos par cinq entretiens avec de grandes figures du festival - Jean-Claude Gautrand, Maryse Cordesse, Jean-Claude Lemagny, François Hébel et Sam Stourdzé - témoignant, d'une manière inédite, des coulisses arlésiennes.

  • Ce livre est une invitation au voyage et à l'aventure, symboles de la vie et de l'oeuvre de London. Mettant en scène de multiples objets et documents, des oeuvres d'art, il donne à revivre l'un des paris les plus audacieux de l'écrivain : son voyage dans les mers du Sud entre 1907 et 1909 à bord de son voilier le Snark, en compagnie de sa femme Charmian.

  • Sabine Weiss est la dernière représentante de l'école humaniste française d'après-guerre, courant qui rassemble des photographes comme Robert Doisneau, Willy Ronis et Édouard Boubat. Réalisée à l'aide des archives personnelles de Sabine Weiss et à l'occasion de l'exposition présentée au Château de Tours, ce catalogue (français - anglais) s'attachera à retracer le parcours et le métier de cette femme d'exception, à travers photographies et documents originaux.

  • Callas confidential

    Tom Volf

    A l'occasion des 40 ans de la disparition de la cantatrice, cet ouvrage nous invite à marcher dans les pas de la Callas, femme fragile et artiste acharnée de travail, en parcourant ses archives personnelles : photos inédites issus de ses albums privés, extraits de sa correspondance et de ses carnets, entretiens redécouverts où elle se livre sans fard sur sa vie, son art, les scandales qui ont jalonné son parcours. Une expérience bouleversante, au plus près de la femme que fut Maria Callas.

  • Le musée du Louvre est une planète peuplée d'oeuvres d'art qui dialoguent entre elles, de visiteurs qui se pressent par millions, mais aussi d'hommes et de femmes qui, dans l'ombre ou la lumière, exercent avec passion leur métier pour faire vivre ce lieu. L'historienne de l'art Bérénice Geoffroy-Schneiter et l'illustratrice Lucile Piketty sont allées à leur rencontre et nous dévoilent les dessous de cette immense fabrique de rêves et d'émotions.

  • Le coffret Saltimbanques propose deux livres pour présenter un travail majoritairement inédit de Robert Doisneau. Tournez manèges ! présente l'univers onirique de la fête foraine des deux côtés de stands et immortalise les manèges aux chevaux de bois, les stands de tir à la pipe, le cirque à puces, les montagnes de muscles des banquistes... Qu'est-ce que c'est que ce cirque ? fait la part belle aux grands noms de l'univers circasien, comme Pinder et Fanni, mais également à ses artistes, qu'ils soient gymnastes, trapézistes, clowns ou acrobates.
    Les superbes images de ce coffret couvrent toutes les émotions du spectacle ambulant avec ses clowns tristes, ses visages effrayés a? la sortie du train fantôme ou encore ses rires d'enfants. L'occasion pour Doisneau de porter son regard empreint d'humanité sur le quotidien de ces saltimbanques. Jean-Paul Favand, ami de Robert Doisneau et directeur du musée des Arts forains (Paris), signe les introductions de chaque tome.

  • Les dessins d'Honoré se placent hors du temps, de plus en plus court, de la vie politique actuelle. Hors du temps médiatique, mais dans le temps long des événements qui rythment notre vie de citoyen. Loin des anecdotes et des petites phrases qui alimentent aujourd'hui l'actualité, ces dessins rendent compte des grandes thématiques qui ont passionné cet illustrateur militant, comme l'écologie, le féminisme, les droits de l'homme, le catholicisme, l'économie, la France et l'international ou encore les grands enjeux sociétaux. Si les grandes figures politiques françaises et internationales sont présentes dans ce livre, ce sont leurs caractéristiques intemporelles qu'Honoré met en évidence. Avec une ironie jamais moqueuse, il dénonce la brutalité et l'absurdité de notre monde selon un principe qu'il appliquera durant toute sa carrière : doux avec les faibles, ferme avec les forts.

    Né en 1941, Philippe Honoré, appelé simplement Honoré, a démarré d'abord comme dessinateur industriel, avant de pouvoir vivre pleinement de son rêve en tant que dessinateur de presse et illustrateur. Ses valeurs, son engagement politique, et plus largement citoyen, s'exprimaient en images, qu'il accompagnait d'un texte très court écrit à la main. Son dessin le plus souvent en noir et blanc, circonscrit dans un carré (comme sa signature) est reconnaissable entre tous pour sa grande élégance, sa recherche de perfection et sa férocité. Assassiné, avec onze autres personnes, le 7 janvier 2015 dans les locaux de Charlie Hebdo, Honoré était, pour Plantu, son collègue au Monde, «un immense dessinateur [...] un enragé, mais un enragé très poli et doux. Tout ce qu'il disait de violent passait par le trait. » Régulièrement publié dans la presse (Le Monde, Libération, Les Inrockuptibles, Le Magazine littéraire, Lire, Hara-Kiri.), il collaborait avec Charlie Hebdo depuis sa reparution en 1992. Il a également participé à l'édition anniversaire 2010 du Petit Larousse et a signé bon nombre de couvertures des «Petits Classiques ». Ses rébus littéraires ont fait l'objet de publication chez Arléa ; en 2011, il avait publié Je hais les petites phrases (Les Échappés), sur le quinquennat Sarkozy.

  • Jack London (1876-1916), auteur mondialement connu de L'Appel de la forêt, de Croc-Blanc ou de Martin Eden, s'impose comme l'une des grandes figures de l'histoire de l'Amérique et l'un des maîtres du roman d'aventure. Alors que celle-ci sort à peine de la conquête de l'Ouest et va devenir en quelques décennies la première puissance mondiale, il participe à toutes les grandes évolutions que connait le pays : politiques, culturelles et sociétales. Raconter ici son histoire en images, c'est aussi raconter la naissance de cette Amérique moderne, dont il incarne, mieux que tout autre, les ambitions, les forces, et les contradictions.Cet ouvrage, publié à l'occasion du centenaire de la mort de Jack London, retrace au travers d'une iconographie exceptionnelle, ce destin hors du commun et montre de quelle façon sa vie aventureuse inspira toute son oeuvre : sa jeunesse pauvre aux côtés des pirates de la baie de San Francisco, sa découverte du grand Nord lors de la ruée vers l'or de 1897, son expérience de grand reporter et photographe - durant la guerre russo-japonaise, le tremblement de terre de San Francisco de 1906 ou la révolution mexicaine -, son engagement pour le socialisme, son exploration des archipels des mers du Sud à bord de son voilier le Snark, son rêve terrien sur son exploitation agricole de la vallée de Sonoma...

  • Peut-on déshériter ses enfants ?...

    Emmanuel Pierrat, avocat au Barreau de Paris, décrypte ici, images à l'appui, une vingtaine d'histoires incroyables d'héritage et de succession, comme il le fait dans les médias.

  • Une plongée, en dessins et en photos, dans les coulisses de la série à succès de France 2, Dix pour cent, inspirée largement des savoureux souvenirs de Dominique Besnehard, le plus fameux ex-agent de stars en France.

  • Qu'est-ce que le style «afro» ? Du « glamour révolutionnaire » d'Angela Davis aux revendications esthétiques des « nappy » d'aujourd'hui, des codes flamboyants des sapeurs de Kinshasa ou Barbès à ceux du bling bling des rappeurs américains, de l'esthétique africaine « traditionnelle » (bijoux, coiffures, textiles) à la manière dont cette dernière est revisitée par les créateurs contemporains, cet ouvrage est une célébration visuelle, glamour et chatoyante, de toutes les facettes de l'esthétique afro, des années soixante à nos jours.




    Journaliste à L'Express depuis 2005, Katell Pouliquen est rédactrice en chef mode de L'Express Styles. Âgée de 36 ans, elle est diplômée en lettres et sciences politiques, et ancienne élève de l'Ecole Supérieure de Journalisme de Lille. Elle est surtout passionnée par les cultures africaines et leur influence sur la création contemporaine dans tous ses états.

  • Jump book

    Philippe Halsman

    L'arrêt sur images a longtemps fasciné de nombreux photographes, mais aucun ne l'a manié avec autant de malice et de fantaisie que Philippe Halsman.
    C'est en photographiant la famille Ford pour le 50e anniversaire de la marque (en 1952) qu'Halsman a cette idée folle : faire sauter Mme Ford devant l'objectif. Ainsi naît le concept de « jumpology », basé sur le constat que faire sauter les sujets photographiés aide à la relaxation et la désinhibition de ceux-ci, les rendant plus naturels et photogéniques que lorsqu'ils sont figés dans des poses étudiées.
    Cet ouvrage revient sur les plus célèbres de ces clichés d'artistes, de stars de la télévision, d'industriels, de politiciens, d'athlètes et de scientifiques qui se sont tous prêtés au jeu et aux caprices d'Halsman. Des portraits hauts en couleurs (bien qu'en noir et blanc), originaux, dynamiques, drôles et vrais.

    De Riga en Lettonie à New York, en passant par Paris, Philippe Halsman est devenu le plus grand portraitiste de son époque : Chagall, Le Corbusier, Gide, Malraux et d'autres artistes et intellectuels tombent tous sous la coupe de son appareil. Dès 1940, Halsman fuit l'occupation et émigre aux États-Unis où il se reforgera une notoriété aux côtés de Picasso, Marilyn Monroe, Ingrid Bergman, Winston Churchill, Audrey Hepburn, Salvador Dalí ou encore Alfred Hitchcock. La photographie d'Halsman se caractérise par son approche directe et psychologique, ainsi que par une recherche formelle dans le détail, affectionnant les expérimentations techniques et esthétiques. Il réalise 101 couvertures du magazine Life et publie, en 1959, son manifeste de la jumpology : Jump.

  • Nombreuses sont les femmes qui ont donné leur nom aux roses anciennes que nous admirons tant.
    Dans ce livre plein de charme, Ann Chapman nous raconte leur vie. Nous connaissons tous Marie Stuart, reine d'Écosse, Amy Robsart et Jeanne d'Arc, mais qui étaient Adélaïde d'Orléans, Nancy Steen ou encore Nur Mahal ? Parmi les 34 femmes évoquées ici, on trouve des reines, des duchesses, des aristocrates, de courageuses héroïnes, des pionnières, mais aussi des jardinières passionnées qui ont joué un rôle important dans la culture et la préservation de ces roses.
    Chaque biographie est illustrée par un portrait d'une de ces femmes d'exception ainsi que par une somptueuse photographie de " sa " rose, réalisée par le célèbre photographe français Paul Starosta. Un livre-cadeau idéal pour les rosiéristes et les passionnés de jardinage, mais aussi pour ceux et celles qui aiment les histoires et sont sensibles à la poésie qu'inspire cette fleur.

  • Patti smith 1969-1976

    Judy Linn

    Comme dans une scène de Vivre sa vie de Godard ou de La Passion de Jeanne d'Arc de Dreyer, Patti Smith a posé pour une jeune photographe, Judy Linn.
    C'était en 1969, quelques années avant qu'elle ne pénètre dans l'arène du rock and roll. La future star avait une vision romantique de la collaboration entre l'artiste et son modèle. Celle-ci se concrétise avec bonheur dans cette oeuvre à la fois intime et pleine de fougue. Cet ouvrage retrace, sur sept années, la naissance d'une amitié durable et l'évolution de deux artistes visionnaires. En se concentrant sur la profondeur de ses relations avec des artistes comme Robert Mapplethorpe et Sam Shepard, la photographe a su capter l'âme de la jeune femme comme personne, nous révélant une Patti Smith à la fois vulnérable et iconique.

  • Si dès le XVIIe siècle, l'acte de caricaturer est nommé (caricatura, du latin populaire caricare, charger, exagérer), c'est avec la Révolution française et son inflation de gravures satiriques que la caricature s'émancipe de la pratique des artistes pour devenir un langage de critique sociale et politique à part entière. Les tragiques événements de janvier 2015 nous rappellent avec force la portée symbolique que peuvent avoir ces images.À travers une sélection soigneusement choisie, et en alternant approches historique et thématique, Bertrand Tillier retrace l'art de la caricature en France, de la Révolution à nos jours. Il nous entraîne de Louis XVI, cible privilégiée des caricaturistes de la fin du XVIIe siècle, aux Guignols de l'info, en passant par les pamphlets anti-dreyfusards et les si polémiques « caricatures du Prophète » publiées par Charlie Hebdo. Au-delà de l'extrême diversité matérielle (estampes, gravures, sculptures, pamphlets, affiches, dessins de presse...), il souligne les permanences inhérentes au genre satirique quelle que soit l'époque. Un voyage dans le temps résolument placé sous le signe du rire débridé, de l'humour noir et de la contestation.

  • Qui n'a jamais passé du temps à sa fenêtre, regardant la vie qui s'anime dans chaque appartement, imaginant et fantasmant les situations ?
    Morceaux de vie, temps immobile, vision de Paris, mélancolie, impossibilité de communiquer et pourtant désir de l'autre - les photographies de Gail Albert Halaban nous racontent la vie urbaine, autant que notre condition humaine.

    Ces 65 photographies, prises pour la plupart à l'occasion de ce livre et pour quelques-unes publiées en 2012 par M. le supplément du Monde, nous montrent des Parisiens dans le quotidien de leur appartement.

    Posés, mis en scène avec la participation des habitants - ceux qui sont photographiés, et ceux dont la fenêtre en vis-à-vis sert de point de vue. dans cette mise en abyme, ces clichés mêlant détails d'architecture, jeux de lumière, et scènes très élaborées finissent par faire naître un sentiment d'étrangeté à partir d'une réalité tout sauf banale.

    Texte de Cathy Rémy, du Monde et préface de Christian Caujolle

  • Qui n'a jamais songé à s'installer dans un autre pays ? Pour six mois, un an, toute une vie peut-être ? De plus en plus de Français partent tenter leur chance à l'étranger. En famille, en solo ou en couple, leurs motivations sont variées : découvrir un pays, apprendre une langue étrangère, créer une activité, rejoindre l'être aimé, réaliser un rêve, booster une carrière ou repartir à zéro. Des expériences riches et multiples qui montrent les différents visages de l'expatriation aujourd'hui.

    Cet ouvrage propose également un guide pratique pour répondre à toutes les questions que se posent les candidats au départ : comment choisir sa destination ? Comment trouver du travail, un logement ou une école pour ses enfants ? Quelles formalités administratives remplir ? Quel budget prévoir ? Et comment préparer son retour ?.

    Sandrine Mercier échappe à une carrière toute tracée de cadre sup' après avoir bouclé un tour du monde. Pendant sept ans, elle est productrice de l'émission de voyage Au détour du monde sur France Inter. En 2010, elle se lance dans la presse écrite en créant le magazine de voyage A/R dont elle est la rédactrice en chef. Aujourd'hui, elle est également journaliste pour RFI. Elle a écrit Idées reçues sur le tourisme (Éditions du Cavalier Bleu, 2009) et Ils ont fait le tour du monde (Éditions de La Martinière, 2012).

    Michel Fonovich a toujours mêlé voyage et travail. Au sein d'ONG engagées dans l'aide humanitaire et le soutien à la démocratie, il a sillonné l'Europe centrale et orientale et le Caucase. Après avoir été rédacteur de guides de voyage pour Michelin et Gallimard, il crée le magazine de voyage A/R dont il est le directeur de la publication. Il a écrit Les Parcs Nationaux en France (Aubanel, 2009) et Ils ont fait le tour du monde (Éditions de La Martinière, 2012).

empty