Le Bec En L'air

  • Lorsqu'elle était enfant, Shiraz Bazin-Moussi passait ses vacances d'été en famille sur les îles Kerkennah, un archipel tunisien rural et préservé, qui vit naître Farhat Hached, leader indépendantiste assassiné en 1952. Il y a quelques années, elle découvre que Google a oublié de "maper" une des îles de l'archipel et que celle-ci a disparu ! Depuis, l'oubli est réparé mais la photographe est retournée sur les traces de son enfance, à la recherche des images d'insouciance que sa mémoire a estompées, tout comme l'ont été les images officielles du récit national tunisien au temps de la colonisation, puis de la dictature.
    En utilisant le procédé du tirage Fresson, elle parvient à donner à ses photographies un caractère onirique et s'interroge aussi sur le rapport entre cartographie et pouvoir.

  • Si le Népal est surtout célèbre pour sa géographie extraordinaire et ses treks sur les contreforts de l'Himalaya, la vie quotidienne de ses habitants se joue à l'écart. Depuis 1994 Frédéric Lecloux a documenté les bouleversements qui ont ponctué son histoire, il a travaillé pour des ONG sur la famine dans l'ouest du pays, la reconstruction d'après-guerre (1996-2006), la réinsertion des combattants maoïstes ; il a couvert les élections de l'assemblée constituante, la naissance de la République en 2008 et le séismeen 2015. Il s'est également interrogé sur le quotidien des centainesde milliers de Népalais exilés au Qatar, où il s'est rendu pour les rencontrer.
    Ces Épiphanies du quotidien sont nées dans les failles de l'écriture documentaire. Elles s'en sont affranchies, inventant sur sa frontière avec la poésie une écriture propre, portée par ce pays où Frédéric Lecloux « se sent reconnu », et où « l'équilibre entre ordre et désordre lui est le plus intelligible. » Nepal. Epiphanies of the Everyday Nepal is most famous for its extraordinary geography, yet the everyday life its inhabitants is played out elsewhere. Since 1994, Frédéric Lecloux has been documenting its upheavals and tumultuous history, right up to the earthquake in 2015 and the mass migrations of its workers. These Everyday Epiphanies were created in the light of this documentary writing, on which they expand in their own poetic language.

  • L'inachevé

    Lombardi Julien

    Depuis l'effondrement de l'Union soviétique en 1991, l'Arménie transite entre deux états, évoluant en marge, avec sa propre temporalité. Elle demeure en dehors du flux des images et c'est précisément ce vide, cette part manquante, qu'interroge le photographe Julien Lombardi, lui-même d'origine arménienne. La mémoire défaillante de cette jeune république se superpose à la sienne, tronquée par le déplacement et l'exil de la diaspora. Comment documenter ce qui n'existe plus ou n'est pas encore advenu ?
    Ces photographies sont autant de décors et d'espaces fragmentés susceptibles de devenir la toile de fond d'actions à venir. Comme le territoire qui les inspire, elles sont le réceptacle d'une nouvelle histoire à écrire, suggérant que l'inachevé est le théâtre d'une multitude de possibles.
    />

  • Chaque jour, partout dans le monde, des voyageurs ordinaires se déplacent à pied, à vélo, à moto, en auto, en métro, en rickshaw... Ils ont inspiré quatre photographes et un écrivain qui interrogent la notion de « voyage ordinaire ». Charles Fréger poursuit son inventaire des groupes sociaux et religieux en photographiant les rickshaws scolaires de New Delhi.
    Ambroise Tézenas trace la route entre Bangalore et Bombay dont il fait émerger l'ordinaire beauté. Denis Dailleux révèle la banlieue chaotique du Caire avec sa série de « portraits au tuk-tuk ». Jérôme Blin dessine un Saint-Nazaire nocturne et mystérieux entre docks et lotissements. Quant à Christian Garcin, il nous transporte dans les rues de Jaipur où il fait d'étranges rencontres...
    Bienvenue dans leur voyage ordinaire !

  • Les photographies intrigantes et poétiques d'Alexa Brunet nous plongent dans le mystère des superstitions et des recettes de sorcellerie. Absurdes, tendres ou cruelles, ces pratiques populaires combinent mixtures de plantes, morceaux d'animaux, pierres, fluides humains et influence des astres et des saints.
    Scellées dans ce grimoire contemporain, elles y sont mises en scène avec un conte de l'écrivaine Chantal Portillo donnant vie à une famille d'ascendance sorcière, mère, fille et femelle Grand Duc, chacune dépositaire de pouvoirs bienfaisants ou maléfiques.
    Hugues Berton et Christelle Imbert, chercheurs en ethnologie, contextualisent ces rites et croyances dans notre histoire et témoignent de la valeur patrimoniale de ces traditions orales.

  • Depuis sa création en 2011 le festival Circulation(s) est dédié à la jeune photographie européenne, avec pour ambition d'en faire émerger les talents, de fédérer un réseau d'acteurs européens et de faire découvrir au public une génération d'artistes à la conquête de nouveaux territoires photographiques. D'avril à juin 2019 le festival présente, au Centquatre à Paris, une exposition d'envergure qui réunit 45 photographes, sous la direction artistique de François Cheval et Audrey Hoareau (The Red Eye).
    Catalogue du festival (bilingue français/anglais), ce livre est un véritable outil qui s'adresse à la fois aux amateurs de photographie et aux professionnels. Le travail de chaque artiste est présenté sur deux pages avec une sélection d'images, une biographie et une analyse de sa production.

  • Nous sommes au XXe siècle, avant les voeux numériques. Dans son atelier, Robert Doisneau met en scène ses petits-enfants pour adresser ses voeux à ses amis photographes. Denis Brihat, Edouard Boubat, Jean Dieuzaide, Izis, Jean-Pierre Sudre... ils sont nombreux à faire de même, à partir de tirages originaux réalisés pour l'occasion ou extraits de leurs archives.
    Ces cartes de voeux, mêlant l'humour à l'imagination et révélant une belle fraternité, racontent un pan intime de l'histoire de la photographie française.
    À l'initiative de Solange Brihat, qui a reconstitué l'historique des correspondances amicales et professionnelles et a su convaincre les ayants-droit des autres photographes de prêter leurs propres trésors, cette collection inédite est ici restituée pour la première fois.

empty