Reunion Des Musees Nationaux

  • Mise en valeur du talent des oeuvres de Gauguin, qui maîtrisait des techniques diverses (peinture, dessin, gravure, sculpture, céramique) et qui en explora les limites

  • Au delà du travail de sculpture de Rodin, les oeuvres présentées dans ce catalogue mettent en évidence d'autres pratiques artistiques de l'artiste : invention de l'assemblage, de la figure partielle ou du collage, usage du dessin et de la photographie.

  • Le motif épistolier se retrouve avec constance dans l'histoire de la peinture, de Holbein à Hopper, en passant par Titien, Vélasquez, Vermeer, Fragonard ou Van Gogh. Billet politique, missive commerciale, note savante : la lettre sert divers usages, mais surtout, elle règne sur l'intime. Par elle se révèle le besoin ardent et éternel des êtres de (se) correspondre.

  • De Fra Angelico à Edward Hopper, cet ouvrage célèbre l'amour des livres à travers une trentaine de chefs-d'oeuvre.
    Saintes et madones en prière ou en méditation, savants et écrivains dans leur bibliothèque, lectrices alanguies ou enfants rêveurs, ces portraits sont autant d'éloges de la lecture.

  • Présentation d'une sélection de près de 300 photographies d'Irving Penn, des clichés les plus connus à d'autres publiés pour la première fois

  • Les expositions européennes attirent de plus en plus de visiteurs et deviennent même le moteur d'échappées culturelles le temps d'un week-end. Ceux qui n'ont pas la chance de pouvoir voyager, ou ont tout simplement raté ces temps forts de l'expression artistique, peuvent se procurer en librairie les catalogues de ces événements qui sont de véritables bijoux. Que la visite commence!

  • Traduire le mouvement des nuages, les variations de la lumière et de l'air, les mystères de la nuit... Du romantisme au néo-impressionnisme, le ciel a passionnément inspiré les artistes.
    Ce livre célèbre sa beauté éternelle et éphémère à travers une trentaine de peintures de Turner, Boudin, Monet ou Van Gogh.

  • Douze tableaux de Miro racontent une histoire. Un père et sa fille échangent autour des rêves qu'elle a fait, l'année précédente, pendant son opération de l'appendicite.

  • Federico Fellini et Pablo Picasso : deux géants du XXe siècle, dont l'oeuvre foisonnante ne cesse de passionner et auxquels il est impossible d'échapper. Pourtant que savons-nous du lien qui secrètement unit ces deux artistes ? "Quand Fellini rêvait de Picasso" raconte l'admiration profonde que le cinéaste du mythique La dolce vita et de l'onirique 8 1/2 vouait au Maître de l'art moderne. Fellini dessinait ses rêves, et dans trois d'entre eux il rencontra Picasso.
    Ce dialogue intérieur durera plus que le temps d'une nuit puisque Picasso a véritablement stimulé et nourri l'imaginaire fellinien. Ces rêves nous invitent à relire la filmographie du Maestro avec Picasso pour compagnon de route : un voyage dans le labyrinthe des désirs, qui nous transporte de l'Antiquité à l'univers du cirque, et qui nous fait assister au spectacle de la danse et de la corrida. Ce pas de deux, Fellini et Picasso n'auraient su le mener sans l'image de la femme, leur obsession commune.
    Le choix de dessins, de photographies et d'autres documents liés aux films de Fellini, ainsi que de tableaux, sculptures et autres oeuvres de Picasso nous permet d'explorer cette amitié fantasmée et nous entraîne dans leur sillage à Cannes, Rome et Paris.

  • Picasso et l'art contemporain ? Picasso contemporain ? Le passage du temps apporte à ces questions des réponses nouvelles.
    Pour nombre d'observateurs, des années 1960 aux années 1980, l'art de Marcel Duchamp contribue à reléguer celui de Picasso aux marges de l'histoire. Alors que les médias de masse, de Paris Match à L'Humanité, font de Picasso un héros populaire, les revues spécialisées s'intéressent certes à son oeuvre, mais seulement pour débattre du moment de son obsolescence.
    Le centième anniversaire de la naissance du peintre, en 1981, marque un retournement. Et lui succède, au début des années 1980, une forme de « Picasso mania ». Armé d'un appareil Polaroïd, David Hockney entreprend une relecture du cubisme. Pinceaux en mains, Andy Warhol, Jasper Johns, Jean-Michel Basquiat, Antonio Saura, Malcolm Morley... s'emparent de Picasso, dont on redécouvre les peintures tardives.
    Avec plus de trois cents oeuvres, dont une centaine de Picasso, provenant du Centre Pompidou, du musée Picasso et de la Succession Picasso. Incluant films (Kusturica, Godard..), vidéo (Rineke Dijkstra), photographies (Agbodjelou, Hockney...), peintures et sculptures, l'exposition revient sur la confrontation féconde que les artistes contemporains ont menée, de 1960 à nos jours, avec l'artiste et démontre que l'héritage plastique et poétique de Picasso est toujours vivant.

    Depuis les années 1980, l'oeuvre de Picasso peut s'offrir comme un corpus infini de formes également exploitables. David Hockney entreprend une relecture du cubisme armé d'un polaroïd, Louis Cane s'inspire du dialogue engagé par Picasso avec les "maîtres anciens" pour produire à son tour Déjeuner sur l'herbe et autre Ménines. Jasper Johns s'inspire simultanément d'un tableau de 1936 (Le déménagement du Minotaure), et d'un autre de 1954 (L'ombre) pour concevoir ses Quatre saisons, alors qu'Antonio Saura s'empare d'un portrait de Dora Maar pour produire une série de variations...
    A la fois chronologique et thématique, le catalogue retrace les différents moments de la réception critique et artistique de l'oeuvre de Picasso, les étapes de la formation du mythe associé à son nom.
    Aux grandes phases stylistiques et à certaines périodes emblématiques de Picasso, telles Les Demoiselles d'Avignon et Guernica, auxquelles une partie importante est consacrée, répondent les oeuvres contemporaines de Erro, Hockney, Johns, Lichtenstein, Kippenberger, Warhol ou Jeff Koons.

    Publié à l'occasion de l'exposition Picasso.mania au Grand Palais Du 7 octobre 2015 au 29 février 2016.

  • Des rives de la Méditerranée jusqu'aux confins de l'Afrique, l'oeuvre de Pablo Picasso est empreinte d'un désir d'évasion invitant au voyage. Les chemins qu'il emprunte s'apparentent à une initiation mythologique décrite ainsi par l'artiste : Si on marquait sur une carte tous les itinéraires par où j'ai passé et si on les reliait par un trait cela figurerait peut-être un minotaure. Minotaure libéré, Pablo Picasso voyage réellement ou intérieurement. Sur les routes désertes de l'Espagne, la solitude de l'époque bleue et rose se teinte d'une métaphysique de l'errance. Sans s'y rendre, il approche spirituellement l'Afrique, dessinant les contours d'une exploration aux marges de l'exorcisme. Durant la guerre, son voyage à Rome est celui de la maturité, conservant les traces classiques d'une Antiquité retrouvée. La Grèce, aux îles cycladiques lointaines, bien que jamais visitée, demeure son berceau primitif, l'artiste y puise l'expression et la simplicité des formes pures. Enfin l'Orient, l'Algérie fantasmée d'une dernière traversée méditerranéenne se transforme en refuge au coeur de la sensualité féminine. Entre souvenirs de voyages et itinéraires fictifs, ce catalogue propose une exploration des oeuvres de Picasso, d'une source d'inspiration à l'autre, scandée par les cartes postales de toute provenance que l'artiste aimait collectionner.Cette exposition est organisée dans le cadre de Picasso-Méditerranée, manifestation culturelle internationale qui se tient de 2017 à 2019. Plus de soixante institutions ont imaginé ensemble une programmation autour de l'oeuvre obstinément méditerranéenne de Pablo Picasso. A l'initiative du Musée national Picasso-Paris, ce parcours dans la création de l'artiste et dans les lieux qui l'ont inspiré, offre une expérience culturelle inédite, souhaitant resserrer les liens entre toutes les rives.

  • Huang Yong Ping, né en 1954, est une figure majeure de l'avant-garde chinoise des années 1980, quand il fonde le mouvement Xiamen Dada, dont le mot d'ordre est « Le zen est Dada, Dada est le zen ». Véritable fondateur de l'art contemporain en Chine, ce plasticien re?alise au sein de ce groupe des actions radicales cultivant un goût certain pour le paradoxe, la déconstruction et la contestation par l'absurde. Bon nombre de ses oeuvres ont été interdites en Chine.
    Naturalisé français, il vit depuis 1989 en France, où il venait participer à l'exposition Les Magiciens de la Terre en 1989.
    Pour Monumenta, Ping réalise une immense installation immersive, Empires.
    En pénétrant dans la Nef, le visiteur se trouve confronté à un véritable « mur » de conteneurs superposés, atteignant 17 m de hauteur sur 60 m de longueur. La variété des couleurs et des inscriptions, dénotant de provenances des quatre coins du monde, matérialise puissamment la réalité actuelle de l'économie globalisée.
    Les conteneurs sont l'instrument de la mondialisation. Ils représentent 90% du transport de marchandises. Ayant déjà servi, ils portent tous les marques d'usure des différents voyages. Ils semblent entreposés comme sur le pont d'un bateau ou dans un port, en transit entre deux voyages.
    Une grue de chargement, instrument du déplacement, est posée sur ses rails. Elle complète et structure le paysage d'un immense musée transformé soudainement en cargo de marchandises, ou même en dock portuaire de transit...
    Mais en contournant ces véritables pièces d'architecture, le visiteur est surpris par une présence gigantesque qui plane au-dessus de sa tête...
    Cette installation représente le monde contemporain, scindé en 8 parties (8 chiffre important en Chine) qui se confrontent tels des Empires, qui réfléchissent stratégies, tactiques, politique, art et art de la guerre, volonté de pouvoir et de richesse, ruines, naissance ou renaissance des sociétés !
    Ping matérialise la modification du monde, les métamorphoses des puissances politiques et économiques, l'ascension de nouvelles régions, le déclin d'anciens empires, l'apparition de candidats à la puissance et les violences que ces ambitions provoquent.
    Stratégies, tactiques, politique, art et art de la guerre, volonté de pouvoir et de richesse, ruines, naissance ou renaissance des sociétés : chacun des pays, chacune des multinationales qui participent aux successions interminables de grandeur et de décadence cherchent à porter, ne serait-ce que quelques instants, un Empire.

empty