• S'adapter Nouv.

    S'adapter

    Clara Dupont-Monod

    C'est l'histoire d'un enfant aux yeux noirs qui flottent, et s'échappent dans le vague, un enfant toujours allongé, aux joues douces et rebondies, aux jambes translucides et veinées de bleu, au filet de voix haut, aux pieds recourbés et au palais creux, un bébé éternel, un enfant inadapté qui trace une frontière invisible entre sa famille et les autres. C'est l'histoire de sa place dans la maison cévenole où il naît, au milieu de la nature puissante et des montagnes protectrices ; de sa place dans la fratrie et dans les enfances bouleversées. Celle de l'aîné qui fusionne avec l'enfant, qui, joue contre joue, attentionné et presque siamois, s'y attache, s'y abandonne et s'y perd. Celle de la cadette, en qui s'implante le dégoût et la colère, le rejet de l'enfant qui aspire la joie de ses parents et l'énergie de l'aîné. Celle du petit dernier qui vit dans l'ombre des fantômes familiaux tout en portant la renaissance d'un présent hors de la mémoire.

    Comme dans un conte, les pierres de la cour témoignent. Comme dans les contes, la force vient des enfants, de l'amour fou de l'aîné qui protège, de la cadette révoltée qui rejettera le chagrin pour sauver la famille à la dérive. Du dernier qui saura réconcilier les histoires.

    La naissance d'un enfant handicapé racontée par sa fratrie.

    Un livre magnifique et lumineux.

  • « Sa robe caresse le sol. À cet instant, nous sommes comme les pierres des voûtes, immobiles et sans souffle. Mais ce qui raidit mes frères, ce n'est pas l'indifférence, car ils sont habitués à ne pas être regardés ; ni non plus la solennité de l'entretien - tout ce qui touche à Aliénor est solennel. Non, ce qui nous fige, à cet instant-là, c'est sa voix. Car c'est d'une voix douce, pleine de menaces, que ma mère ordonne d'aller renverser notre père. » En 1173, Aliénor d'Aquitaine pousse trois de ses enfants à la rébellion contre le roi d'Angleterre, son époux. La voici racontée par son fils, Richard Coeur de Lion, dans une oeuvre pétrie de poésie et de cruauté. Un regard qui révèle deux personnages pleins d'amour, d'honneur et de violence et tiraillés par leurs passions - ambition, haine, loyauté.

  • Depuis le XIIe siècle, Aliénor d'Aquitaine a sa légende. On l'a décrite libre, sorcière, conquérante : « le roi disait que j'étais diable », selon la formule de l'évêque de Tournai. Clara Dupont-Monod reprend cette figure mythique et invente ses premières années en tant que reine de France au côté de Louis VII. Des noces royales à la deuxième Croisade, du chant des troubadours au fracas des armes émergent un Moyen Âge lumineux, qui prépare sa mue, et la reconstitution d'un amour impossible.

    « Une Aliénor tout à tour ambitieuse et sensible, fragile et déterminée, cruelle et délicate. À destin exceptionnel, roman flamboyant. » Marie Rogatien, Le Figaro magazine.

    « Un singulier portrait de femme, à la fois déesse mythologique et créature avant-gardiste. » Claire Julliard, Le Nouvel Observateur.

    « À travers ce troublant roman polyphonique, l'écrivain donne à voir Aliénor telle une forteresse imprenable, suscitant à la fois l'amour et la peur. » Benoît Legemble, Marianne.

  • Juette naît en 1158 à huy, une petite ville de l'actuelle belgique. mariée à treize ans, elle est veuve cinq ans plus tard. juette est une femme qui dit non. non au mariage. non aux hommes avides. non au clergé corrompu. elle n'a qu'un ami et confident, hugues de floreffe, un prêtre. à quelles extrémités arrivera-t-elle pour se perdre et se sauver ? car l'église n'aime pas les âmes fortes...
    De ce moyen âge traversé de courants mystiques et d'anges guerriers, qui voit naître les premières hérésies cathares, clara dupont-monoda gardé ici une figure singulière de sainte laïque.

  • Clara Dupont-Monod La Folie du roi Marc Premier grand roman d'amour de l'Occident, la légende de Tristan et Yseut laisse dans l'ombre une figure tragique : celle du roi Marc, l'époux légitime. C'est à lui que Clara Dupont-Monod a choisi de s'intéresser, dans les marges du récit originel dont revivent les scènes et les épisodes.
    Mari trompé, roi défié par son neveu et vassal, Marc ne peut qu'assister, impuissant, à la passion sublime qui détruit sa vie et son bonheur. Il dit ici sa souffrance, sa rage, son amour à lui, au gré d'un monologue fiévreux, lyrique tableau douloureux et juste d'une jalousie masculine. Les landes, les forêts, les falaises du pays de Tintagel donnent leur décor à une errance pathétique, recréée dans une prose baroque, sensuelle, envoûtante.

    De loin le roman d'amour le plus bouleversant de la rentrée.
    Anne B. Walter, Marie-Claire.

  • Depuis le XIIe siècle, Aliénor d'Aquitaine a sa légende. On l'a décrite libre, sorcière, conquérante : « le roi disait que j'étais diable », selon la formule de l'évêque de Tournai...
    Clara Dupont-Monod reprend cette figure mythique et invente ses premières années comme reine de France, aux côtés de Louis VII.
    Leurs voix alternent pour dessiner le portrait poignant d'une Aliénor ambitieuse, fragile, et le roman d'un amour impossible.
    Des noces royales à la seconde croisade, du chant des troubadours au fracas des armes, émerge un Moyen Age lumineux, qui prépare sa mue.

  • Nestor est argentin. Arrivé en France pendant la dictature il y a retrouvé Mélina, une compatriote qu'il a épousée. La vie était douce avec elle, jusqu'au drame qui les a séparés. Depuis, solitaire, épuisé par la vie, en colère, Nestor s'est laissé enfermer dans la rassurante forteresse de sa propre chair et est devenu obèse. Alice, médecin dans l'hôpital où Nestor se rend tous les jours, parviendra peut-être, à force de patience et de tendresse, à conjuguer sa solitude à celle de ce patient peu ordinaire. L'écrivain se garde de conclure : trois issues s'offrent au lecteur, comme s'il était impossible qu'une histoire aussi improbable et bouleversante finisse mal.

  • Pendant presque un an, deux fois par semaine, j'ai rencontré une prostituée bulgare de vingt et un ans.
    Elle était silencieuse, je voulais tout savoir. que se passe-t-il dans la tête d'une fille, mise sur le trottoir au sortir de l'adolescence, seule dans un pays dont elle ne parle pas la langue ? Qu'est-ce que faire l'amour à plus de dix hommes chaque nuit, menacée par un proxénète qui vous laisse à peine de quoi régler chambre d'hôtel et repas ? Pourquoi Iliana rêve-t-elle à d'improbables vacances quand elle se penche sur le sexe de ses clients ? Sait-on que certains hommes lui montrent aussi des photographies de leurs enfants ? Une prostituée peut-elle avoir une vie privée ? Peut-elle s'aimer elle-même ? Peut-elle jouir ? Espère-t-elle un jour reprendre une existence normale ? Pourquoi suis-je fascinée par Iliana ? Je n'ai pas voulu considérer la prostitution uniquement comme un phénomène de société.
    Je ne voulais pas non plus d'un point de vue moral, cette morale qui est au centre du débat d'aujourd'hui.

  • L'histoire se passe sur une île au large du Venezuela, au début du siècle. Théodora Lucile Palombio, une jeune femme très belle, a été abandonnée par son premier mari puis laissée veuve par un deuxième. Elle est la mère d'une petite fille étrange, Eova Luciole. Un jour, elle découvre que deux ailes ont poussé dans le dos de sa fille. Affolée, Théodora appelle au secours et Octavio Monsarez, amoureux de Théodora, vient constater ce prodige. Eova Luciole a donc des ailes mais ne semble pas s'en soucier. Son premier vol l'enchante. Sa mère, en revanche, est désespérée. Octavio, lui, s'en amuse. Tout change lorsque, un soir de tempête, Théodora et Octavio retrouvent Eova dans un arbre, les ailes brisées. De ce jour, Octavio et Théodora ne s'entendent plus. Une pluie incessante se met à tomber, et dans le village tout se dégrade, les femmes s'épient, les hommes boivent, les enfants se font battre. Un jour, le fleuve vient s'abattre sur les maisons, entraînant la mort du maire. A son enterrement, Théodora et sa fille sont agressées par la population. Terrorisée, Eova s'envole. Elle est envoyée en pension. Elle y rencontre Paco Aracas, un adolescent qui tombe amoureux d'elle. Mais Eova est très malheureuse au pensionnat. Elle finit par retourner chez elle et se fiance avec Arturo, son ami d'enfance....

empty