• Le possible et le réel Nouv.

    - Un texte canonique de l'histoire de la philosophie, en lien avec les nouveaux programmes : ici, "la conscience", "la raison" et "la vérité".
    - Des contenus spécialement conçus pour les élèves débutant en philosophie : annotation ciblée, fiches thématiques, glossaire...
    - Un concept inédit : le texte de l'oeuvre en page de droite ; des extraits d'autres oeuvres en page de gauche pour approfondir l'étude du texte.
    - Des éditions réalisées par des enseignants au lycée.
    - Petit prix ; petite pagination.

  • Un homme court dans la rue. Il trébuche. Il tombe. Les passants rient. Pourquoi ?
    Qu'est-ce qui a réellement déclenché leur hilarité ? Quelles sont les différentes formes de comique ? Le Rire, paru à l'origine en 1900, est probablement l'ouvrage le plus célèbre du philosophe Henri Bergson (1859-1941), dont l'oeuvre entre en 2012 dans le domaine public. On trouvera en annexe un texte du psychanalyste Sándor Ferenczi, « Rire » (1913), qui compare les thèses de Bergson et celles développées par Freud dans Le mot d'esprit et sa relation à l'inconscient (1905).

    Ajouter au panier
    En stock
  • Le premier article d'Einstein sur la théorie de la relativité date de 1905, mais ce n'est que dans les années 1920 que la relativité connaît une immense vogue publique et fait l'objet d'exégèses sans fin. Dans ce contexte, Bergson, alors le maître du temps philosophique, publie en 1922 Durée et simultanéité, avec pour sous-titre À propos de la théorie d'Einstein. Il y développe une évaluation critique de l'impact de la relativité einsteinienne du point de vue de sa propre conception du temps, ou plutôt de la « durée ».
    L'ouvrage déclenche d'assez vives polémiques entre Bergson et les physiciens, et les philosophes qui s'intéressent à la question prennent prudemment leurs distances. On accuse Bergson d'avoir échoué à comprendre la physique du temps relativiste. Pourtant, par-delà ses méprises, l'ouvrage déploie nombre de réflexions qui méritent une attention particulière dans une perspective non seulement métaphysique, mais aussi épistémologique. Car, comme l'écrit Bergson, « une fois admise la théorie de la relativité en tant que théorie physique, tout n'est pas fini. Il reste à déterminer la signification philosophique des concepts qu'elle introduit ».

  • LE RIRE

    Henri Bergson

    Pourquoi rions-nous de voir quelqu'un trébucher ? Pour quelles raisons Molière continue-t-il de nous amuser ? Comment expliquer qu'un jeu de mots ou un trait d'esprit prêtent à sourire ? Dans Le Rire, qu'il publie en 1900, Bergson apporte à ces questions des réponses décisives. S'appuyant sur des exemples quotidiens et de nombreuses références littéraires, il décrypte les formes du comique pour y déceler un ressort commun : l'« interférence de deux séries », c'est-à-dire la présence simultanée de deux éléments distincts ou incompatibles. Au passage, il ne manque pas d'analyser le rôle social ambivalent d'un réflexe qui tout à la fois manifeste l'élan vital et brime les comportements hors normes. Si cette oeuvre, qui doit beaucoup à une tradition classique, méconnaît les manifestations transgressives, sombres, ludiques ou absurdes, du rire, elle n'en demeure pas moins capitale pour qui veut comprendre le « propre de l'homme ».

  • C'était le 28 avril 1912. Bergson parlait, comme souvent, devant une salle archi-comble. Une heure plus tard, dira-t-on avec enthousiasme, il avait démontré l'immortalité de l'âme. Sa célèbre conférence, "L'âme et le corps", peut se lire comme une introduction à «Matière et mémoire». Elle illustre aussi que "philosopher est un acte simple".

  • Publié en 1934, La Pensée et le Mouvant est la dernière oeuvre de Bergson. Réunissant des articles et des conférences qu'il donna de 1903 à 1923, ce recueil est l'occasion pour l'auteur de L'Évolution créatrice de redéfinir sa démarche : la réalité, pour

  • " L'histoire de l'évolution de la vie, si incomplète qu'elle soit encore, nous laisse déjà entrevoir comment l'intelligence s'est constituée par un progrès ininterrompu, le long d'une ligne qui monte, à travers la série des Vertébrés, jusqu'à l'homme. Elle nous montre, dans la faculté de comprendre, une annexe de la faculté d'agir, une adaptation de plus en plus précise, de plus en plus complexe et souple, de la conscience des êtres vivants aux conditions d'existence qui leur sont faites. De là devrait résulter cette conséquence que notre intelligence, au sens étroit du mot, est destinée à assurer l'insertion parfaite de notre corps dans son milieu, à se représenter les rapports des choses extérieures entre elles, enfin à penser la matière. Telle sera, en effet, une des conclusions du présent essai. " La première édition critique des oeuvres de Bergson répond à un double principe : offrir le texte intégral du livre dans sa pagination de référence et le compléter par un dossier de notes historiques, philosophiques, analytiques et bibliographiques.

  • Publié en 1896, Matière et mémoire est le livre qui imposa Bergson comme un philosophe de premier plan. Il y aborde une question philosophique essentielle, celle des relations du corps et de l´esprit.
    Par le choix de sa méthode, il fait dialoguer d´une manière singulière la métaphysique et la psychologie, l´analyse des concepts et les apports de la science, alors en plein renouvellement. Pour lui, pas de connaissance de l´esprit sans connaissance de la mémoire et de ses défaillances, que psychologues et neurologues ont commencé à appréhender ; pas de connaissance du corps sans une interrogation sur la matière, qui doit rencontrer celle des physiciens.
    Si Bergson, en soutenant que la vie mentale ne se réduit pas à la vie cérébrale, s´inscrit dans le débat intellectuel de son temps, la portée générale de l´ouvrage invite à réexaminer des questions qui, plus d´un siècle plus tard, sont toujours les nôtres.

    Illustration de couverture : Virginie Berthemet © Flammarion

  • Se souvenir, penser, rêver : Bergson éclaire notre vie intérieure et, à travers elle, les limites du cerveau. Qu'est-ce que la conscience ? Peut-elle se résumer à une activité neuronale ? Quel rapport entretient-elle avec la durée ? Nous rend-elle libre ? Comment accède-t-on à elle ? Limpide, précis, poétique, le philosophe nous invite à la démarche introspective, qui permet d'accueillir les sensations comme elles viennent, d'être attentif au moment présent, de garder l'esprit ouvert.

  • " Tout le long de l'histoire de la philosophie, temps et espace sont mis au même rang et traités comme choses du même genre. On étudie alors l'espace, on en détermine la nature et la fonction, puis on transporte au temps les conclusions obtenues. La théorie de l'espace et celle du temps se font ainsi pendant. Pour passer de l'une à l'autre, il a suffi de changer un mot : on a remplacé "juxtaposition" par "succession". De la durée réelle on s'est détourné systématiquement. Pourquoi ? " La première édition critique des oeuvres de Bergson répond à un double principe : offrir le texte intégral du livre dans sa pagination de référence et le compléter par un dossier de notes historiques, philosophiques, analytiques et bibliographiques.
    Édition critique dirigée par Frédéric Worms.
    Volume édité par Arnaud Bouaniche, Arnaud François, Frédéric Fruteau de Laclos, Stéphane Madelrieux, Claire Marin, Ghislain Waterlot.

  • Comment les sociétés se forment-elles ? Pourquoi s´affrontent-elles ? Ces conflits peuvent-ils être évités ? Morale et religion visent-elles seulement à rendre possible la vie en société, ou permettent-elles à l´espèce humaine de dépasser sa condition naturelle et de trouver une issue à la violence ? Telles sont quelques-unes des questions au coeur des Deux Sources de la morale et de la religion (1932), la somme de philosophie morale et politique de Bergson, qui fut aussi son dernier grand livre.
    Dans ce texte hanté par le spectre de la guerre et par le développement de la technique, mais aussi guidé par une méditation sur le mysticisme chrétien, Bergson articule l´étude de la société à sa philosophie de la vie.
    Mettant sa doctrine à l´épreuve, il s´efforce de formuler des principes d´action pour des hommes devenus conscients de la nécessité d´affronter leur destin commun. Et tandis que « l´humanité gémit, à demi écrasée sous le poids des progrès qu´elle a faits », il nous rappelle que son avenir dépend d´elle.

    Illustration de couverture : Virginie Berthemet © Flammarion

  • Cette édition de l'Essai sur les données immédiates de la conscience (oeuvre intégrale) prend place dans le cadre des oeuvres complètes de Bergson publiées dans la GF sous la direction de Paul-Antoine Miquel.

  • Bergson a marqué l'importance de certains de ses « essais et conférences » en les rassemblant dans deux recueils : L'énergie spirituelle en 1919, La pensée et le mouvant en 1934. Il faut donc tout à la fois replacer ces écrits dans ses recueils (et dans l'ensemble de son oeuvre) et les lire pour eux-mêmes. Dans Le possible et le réel (1920), Bergson propose une distinction qui change tout : le « réel » dépasse, il précède même un « possible » que nous nous représentons en fait, seulement, après coup il actualise, en revanche, des virtualités qui sont le temps, la vie, la durée même. L'illusion rétrospective, la création imprévisible, l'une et l'autre essentielles à notre vie, voilà ce qui se joue ici, dans ce texte précis, juste après la guerre.

  • « Essaierons-nous alors de formuler la relation de l'activité mentale à l'activité cérébrale, telle qu'elle apparaîtrait si l'on écartait toute idée préconçue pour ne tenir compte que des faits connus ? [.] Celui qui pourrait regarder à l'intérieur d'un cerveau en pleine activité, suivre le va-et-vient des atomes et interpréter tout ce qu'ils font, celui-là saurait sans doute quelque chose de ce qui se passe dans l'esprit, mais il n'en saurait que peu de chose. Il en connaîtrait tout juste ce qui est exprimable en gestes, attitudes et mouvements du corps, ce que l'état d'âme contient d'action en voie d'accomplissement, ou simplement naissante : le reste lui échapperait. »

  • La politesse de l'esprit n'est guère autre chose qu'une espèce de souplesse intellectuelle.
    L'homme du monde accompli sait parler à chacun de ce qui l'intéresse ; il entre dans les vues d'autrui sans les adopter toujours ; il comprend tout sans pour cela tout excuser. ce qui nous plaît en lui, c'est la facilité avec laquelle il circule parmi les sentiments et les idées. la politesse sous toutes ses formes, politesse de l'esprit, politesse des manières et politesse du coeur, nous introduit dans une république idéale, véritable cité des esprits, où la liberté serait l'affranchissement des intelligences et l'égalité un partage équitable de la considération.

  • Ce cours inédit fut professé par Bergson depuis la chaire d'« Histoire de la philosophie grecque et latine » du Collège de France lors de l'année universitaire 1901-1902. Faisant suite au cours sur l'Idée de cause, le cours sur l'Idée de temps a ceci de remarquable que Bergson aborde de façon directe, donc sans le détour par l'exposition et la résolution de problématiques autres, ce qui semble la thématique centrale de sa pensée. Un autre point remarquable de ce cours est la réflexion sur la négation qui donnera naissance, dans L'Évolution créatrice, à l'analyse de l'idée de Néant.
    La publication de ce premier cours de Bergson vient clore la publication inédite des cours de Bergson au Collège de France, édités à partir des prises de notes d'un proche et des transcriptions commandées par Charles Péguy.

  • Voici l'essai qui a rendu Bergson célèbre dans le monde entier. L'auteur du Rire y invente une nouvelle méthode en philosophie et une façon inédite de pratiquer la métaphysique. Qu'est-ce donc que la métaphysique ? C'est reconnaître que tout n'est pas parfait dans l'ordre du savoir, que l'insatisfaction y règne même, et qu'il faut pour appréhender le monde, utiliser l'intuition. Bref, ce n'est pas quitter un monde instable et mouvant pour rejoindre une réalité ferme et stable, c'est plutôt plonger au coeur des choses, saisir la vie même...

  • Le rêve

    Henri Bergson

    Le rêve est une seconde vie. Je n'ai pu percer sans frémir ces portes d'ivoire ou de corne qui nous séparent du monde invisible. On aura sans doute reconnu là les premiers mots de l'Aurélia de Gérard de Nerval.
    Quel plus riche et plus bel univers que celui du rêve ? Pas un domaine des arts et des lettres, des sciences et de la philosophie ne saurait négliger cet étrange phénomène, comme si le rêve était pour notre humanité l'un de ses constituants les plus énigmatiques et les plus incontournables.
    Cependant, le rêve n'en demeure pas moins un mystère dont la profondeur est à la mesure de la fascination qu'il exerce. En e%et, le rêve est par nature ce qui nous échappe puisque nous n'avons jamais vraiment connaissance de nos rêves. Nous ne possédons jamais que des souvenirs plus ou moins morcelés et plus ou moins confus des rêves que nous faisons. Aussi, les récits comme les analyses de nos rêves ne sont jamais au bout du compte que les récits et les analyses de ces seuls souvenirs, de ces seuls fragments, comme si toujours nous demeurions à la porte du rêve sans jamais pouvoir en franchir le seuil. À leurs manières, aussi, le (?(e et le ((e siècles se sont attachés à saisir et sonder cette matière onirique, cette vie des songes. Est-il besoin de rappeler ici que le rêve s'était d'abord intimement joint à l'imaginaire romantique, avant de devenir l'objet même de la psychologie freudienne, dont le titre majeur paraîtra en 1900 : Die Traumdeutung (L'interprétation des rêves) ?
    Bientôt, non loin de là, le surréalisme donnera au rêve ses lettres de noblesse en en faisant le processus même de la création libre sous toutes ses formes. C'est parmi la richesse et la diversité de toutes ces approches du rêve que voit le jour, en 1901, cette conférence d'Henri Bergson, intitulée très sobrement le rêve, et dans laquelle le philosophe s'attache, au 2l d'une analyse serrée, à révéler méthodiquement le processus de formation du rêve, avec la perspicacité, la lucidité et la profondeur qui caractérisent son oeuvre et sa pensée.

  • Le texte intégral est accompagné d'un dossier sur le thème au programme au concours 2013-2014.

empty