Arts et spectacles

  • Le 21 mai 1996, sept moines étaient assassinés par un groupe islamiste au Monastère de Tibhirine en Algérie.
    Ce crime avait bouleversé l'opinion internationale. Depuis, de nombreuses commémorations ont eu lieu à la mémoire de ces sept religieux. Rachid Koraïchi, artiste plasticien, souhaite à son tour leur rendre hommage. Son témoignage, en tant qu'artiste algérien, constitue une réponse humaniste à la haine et à l'intolérance. Ses récents projets inspirés de textes mystiques (Ibn Arabi, Attar, Rumi...), témoignent de son intérêt pour les êtres qui ont fait le choix d'une vie contemplative et spirituelle.
    Le projet consistera en la réalisation de 7 livres d'artistes et à l'installation à Tibhirine d'un jardin à la mémoire de ces moines. Ce titre " Les 7 dormants " fait référence à un conte populaire arabe. Il évoque le retrait de la vie quotidienne, le sommeil, la résurrection.

  • « Violine la princesse trop seule dans son grand château aime courir les prés et écouter le chant des oiseaux, apprendre à prélever le miel des ruches. Aurélie partage son petit deux-pièces avec sa mère aux dix-neuvième étage d'une tour, elle aime par dessus tout rêver, d'une princesse seule dans son château. Chez elle plus d'abeilles, pas trop d'oiseaux, la vie moderne a gagné contre la nature. Mais il reste le rêve et l'imagination » Texte écrit par Nancy Huston pour accompagner les quatres saisons de Vivaldi et Piazzolla. Une création pour cuivres et conteuse autour des 4 saisons de Vivaldi et de Piazzolla

  • Françoise Pétrovitch rapporte inlassablement de son environnement et c'est en témoin qu'elle observe, écoute, transcrit. Le regard qu'elle porte sur le monde, s'il est parfois teinté d'ironie ou même d'une certaine virulence critique, reste toujours empreint d'une grâce amusée et bienveillante. Humain avant tout.
    Au-delà de cette évidence, le spectateur est invité à pénétrer le sens de même de ses créations : des personnages sans visage, des objets banals, des animaux, des formes étranges, inquiétantes, énigmatiques, des pieds, des jambes qui s'échap-pent ou qui fuient un sol qui se dérobe, des flous, des fondus, des légèretés échouées.
    Dans cette monographie de 300 pages, vous découvrirez non seulement ses pein-tures et ses dessins, mais aussi sa sculpture et même quelques unes de ses vi-déos. Les textes de Nancy Huston, amie et grande connaisseuse du travail de Fran-çoise Pétrovitch, viennent s'intercaler entre les reproductions de ses oeuvres pour mieux les laisser respirer...

empty