• Éditer les « choses écrites, parues (ou pas) » de Niele Toroni, est un paradoxe, car celui-ci se revendique essentiellement comme peintre, et non comme artiste, encore moins comme écrivain.

    Si les textes, notes, lettres et entretiens rassemblés ne permettent pas de comprendre sa peinture, ils constituent néanmoins à la fois le hors champs et le contre-champ de sa pratique. La verve et l'humour qui les caractérisent, le jeu entre la langue française et italienne contribuent à favoriser l'esprit libertaire de la pensée du peintre.

  • Écrite en 1976, cette petite fable allégorique pleine d'humour et d'ironie relate l'histoire d'un lapin dénommé Tur. Méprisé par ses petits frères, Lapin Tur est mis à l'eau et, de rage, passe par toutes les couleurs avant de finir par amuser la galerie... Les malheurs sont nombreux et tout semble condamner Lapin Tur qui est dans de beaux draps, sent mauvais et coule à une fin tragique. Sous des faux airs de conte pour petits et grands, Niele Toroni condamne fermement la peinture académique, plus particulièrement celle de chevalet, déjà bien mise à mal dans les années 1970.
    Suivi de L'Histoire de la couleur de Georg Simmel, conte écrit en 1904.

    Ajouter au panier
    En stock
empty