Tallandier

  • Super flic et ripoux ? La carrière du charismatique commissaire Neyret, chef de l'antigang, devenu directeur adjoint de la police judiciaire de Lyon, est racontée pour la première fois alors que son procès s'ouvrira en mai.
    C'est l'histoire d'un super flic. Un flic de polar, épris d'action et passionné, une âme de chef qui obtient des résultats à tout prix. Patron de l'antigang à Lyon dès l'âge de 29 ans, Michel Neyret le restera pendant vingt ans, adulé, incontesté par ses équipes grâce à sa réactivité, sa maîtrise des affaires complexes et ses innovations (écoutes systématiques, utilisation des nouvelles technologies comme les alarmes ou la géolocalisation.). La griffe Neyret, ce sont des méthodes affûtées, un art des « flags » et des interventions musclées qui lui vaudront la réussite de grandes affaires tels le gang des Ripoux ou les évadés par hélicoptère de la prison de Luynes.
    Richard Schittly nous conte la carrière de Neyret côté lumière - ses heures de gloire lui vaudront la légion d'honneur en 2004 - et sa part d'ombre révélant des secrets de fabrication pas toujours en règle et qui conduiront à sa mise sur écoute, puis à son arrestation le 29 septembre 2011.
    Cette enquête minutieusement menée et vivante est construite sous forme d'allers et retours entre passé et présent, pour mieux captiver et éclairer le lecteur. Elle raconte pour la première fois les origines de la proximité de Neyret avec le banditisme juif lyonnais et sa rencontre avec Gilles Bénichou et Stéphane Alzraa, les deux voyous au coeur de sa corruption présumée. Émaillée de nombreuses anecdotes et de figures du banditisme, l'enquête expose le dossier judiciaire autant qu'elle raconte en creux une certaine histoire de la PJ.

  • Après l'affaire Michel Neyret, Richard Schittly raconte un nouveau scandale policier, celui qui a fait tomber François Thierry, directeur de l'OCRTIS (l'Office central de répression du trafic illicite de stupéfiants). Une enquête sous très haute tension !

    Dans la nuit du 17 octobre 2015, les douanes découvrent un stock de 7 tonnes de cannabis dans des camionnettes stationnées en plein XVIe arrondissement de Paris. François Hollande en personne vient féliciter les douaniers, persuadé d'une grande victoire sur le trafic de stupéfiants. Un peu imprudemment...
    Car en réalité, le principal suspect de cette importation massive est un informateur de l'OCRTIS, qui clame haut et fort qu'il est « l'employé de la police » ! C'est le début d'un scandale d'Etat et d'une enquête à rebondissements,où personne ne ressort indemne. Ni les policiers,ni les douaniers, ni même les magistrats.
    Le commissaire François Thierry crie à l'injustice. Il accuse les douanes d'avoir délibérément compromis une enquête de longue haleine. Des relations hautement instables avec les indics, une guerre entre les services spécialisés, des tensions entre enquêteurs et magistrats, des règlements de compte dans le milieu, une crise diplomatique, des trafiquants qui s'en donnent à coeur joie... Ce dossier unique dans ses dimensions est emblématique des ressorts complexes à l'oeuvre dans les affaires de stups. Il questionne les méthodes de la police et la stratégiede l'Etat face à un trafic qui se chiffre en centainesde tonneschaque année.
    Richard Schittly démêle cette affaire pleine d'intensité et de rebondissements avec ce qu'il faut de portraits haut en couleur, de flics dépassés et de mise en lumière d'un système qui prouve, que pour l'instant, la police a perdu la guerre du trafic.

empty