Biographies / Monographies

  • Au XVIIIe siècle, la stabilité politique et économique de la République sérénissime marque le dernier âge d'or vénitien, auquel la conquête napoléonienne de 1797 mettra un terme. Cet ultime chapitre d'indépendance sera marqué par un déploiement inouï d'événements publics et privés. Les fêtes, bals costumés, célébrations, régates, concerts et opéras rythment la vie de la cité et attirent curieux ou amateurs venus de l'Europe entière. Loin d'être de simples divertissements, ces festivités participent à une véritable mise en scène de Venise et sont chargées d'une réelle portée politique et religieuse. Scènes de carnaval, réceptions spectaculaires et apparats aussi inventifs qu'éphémères ont été immortalisés par de prestigieux artistes, tels Tiepolo, Guardi et Longhi ; qui ont contribué à fixer durablement les attraits d'une Cité des Doges synonyme de jeux et de plaisirs.

  • Libre de toute révérence indue, Maurizio Cattelan débusque des réalités de la vie contemporaine en inventant des images décalées comme issues d'univers parallèles. Depuis plus de 15 ans, l'artiste joue du ressort de l'ambiguï;té, créant des situations fondées sur le détournement, l'insubordination et l'usurpation symbolique : figures renversées de policiers transformés en « perdants » (Frank and Jamie, 2002) ; sigle d'Hollywood coiffant les ordures d'une décharge sur les collines de Palerme (Hollywood, 2001) ; image de l'artiste en voleur, surgissant dans les salles du Museum Boijmans (Untitled, 2001) ou en jeune garçon sur un tricycle, à la dernière Biennale de Venise (Charly, 2003). Tout récemment à Milan, Untitled (2004) dépeint l'enfance, victime d'un rituel cruel et hallucinatoire. Affrontant les drames de l'Histoire dans son portrait d'Hitler priant (Him, 2001) ou l'autorité « suprême » du pape s'effondrant sous l'effet d'une météorite (The Ninth Hour, 1999), Maurizio Cattelan court-circuite les interprétations et engage le public à revisiter de fausses évidences par la fulgurante pertinence d'une image « autre ».

    Son intervention à Paris (Now, 2004) invite à un rite funéraire collectif. L'artiste livre l'une des plus célèbres figures de notre temps au moment de son anéantissement. Réflexion sur le problème irrésolu du pouvoir et de l'utopie, cette oeuvre, entre réalité et fiction, fait rejaillir un personnage de l'histoire entré dans la légende.
    Dans le cadre monumental de la Chapelle des Petits Augustins, élevée en 1617 et habitée sous la Révolution - alors premier musée de sculpture comparée - par le souvenir des rois de France, Maurizio Cattelan met en scène l'épilogue d'un moment de la démocratie. Cérémonie cathartique, Now propose de faire le deuil - le corps de John Fitzgerald Kennedy n'ayant jamais été exposé - de ce que fut la perte d'un idéalisme. « Requiem d'un rêve », Now fait ressurgir le fantôme d'un mythe. Sans posture morale ou idéologique, cette installation synthétise une présence inconsciente et collective, dont l'émergence - quasi iconique - fait choc.

  • Miss.Tic in Paris

    Miss-Tic

    Son terrain de jeux (de mots) est capital, Paris. Sa ville, où elle a passé son enfance et dont elle connaît les moindres recoins. Les rues de Paris où elle a joué au théâtre autrefois, les murs de Paris sur lesquels, il y a vingt ans, elle réalise son premier pochoir.
    En 1985, c'est l'ébullition: Jérôme Mesnager, les V.L.P., les Ripoulins investissent la ville, la Miss en est, mais à sa façon, avec dès le début le langage, les mots, les jeux de mots.
    Miss.Tic est poétesse. Ses portraits de femmes reproduits des magazines féminins nous interpellent, font sourire ou dérange. Elle prends position, réagit au monde, se rebelle. Créer, c'est résister dit elle, à la suite de Gilles Deleuze.
    Autre trait de l'artiste, ses oeuvres ne doivent rien au hasard. Tout est pensé, mûrit longuement, puis l'exécution sur le mur se fait, elle, dans l'urgence. L'urgence d'échapper aux pandores. Miss.Tic a donné questions P.V. et procès. Pour certains, la ville doit être lisse, nette, sans aspérités, sans vie.
    Évidemment son travail et celui des autres artistes urbains dérangent ce bel ordonnancement. Alors elle passe outre, mais travaille aussi sur d'autres supports et, sans contradiction, s'expose en galerie. De nombreuses expositions, des livres, des éditions, une carrière foisonnante qui font aujourd'hui de la Miss, une reine de Paris et de ses oeuvres, des pièces recherchées par les collectionneurs. Un succès auprès du public.
    "Miss.Tic in Paris" est la première monographie la plus complète réalisée sur l'artiste qui présente aussi bien son travail dans la rue qu'en galerie depuis 1985. Critères Edition dans sa collection Urbanité poursuit son travail de valorisation, de vulgarisation, avec la réalisation de cet ouvrage co-édité par Paris Musées.
    Petit à petit, se construit ainsi le panorama de ce courant artistique dynamique et le référencement du travail de ces acteurs(trices) principaux, qui, malgré l'ignorance des institutions, marquent l'histoire de l'art.
    Jeanne Folly, journaliste, critique, en signe la préface.

empty